Plein écran
© photo_news

Le VAR fera débat, mais Bruges frappe un très grand coup

Le tournant de la saison? C'est encore tôt pour le dire, mais il faudra voir comment Genk va digérer les événements de cet après-midi et sa défaite sur la pelouse du Club de Bruges, son rival numéro 1 (3-2). Les Limbourgeois ont touché du doigt leur quatrième titre de champions de Belgique, grâce à un but rapide de Sébastien Dewaest. Mais le Club a renversé la partie en un peu moins d'un quart d'heure en seconde période. Hans Vanaken, Loïs Openda et Krépin Diatta ont mené la rébellion dans un Jan Breydelstadion en délire. Le Club  a eu tort de croire trop vite que la messe était dite et aurait pu se faire punir en toute fin de match (but de Gano, poteau de Samatta), mais l'essentiel est assuré pour Ivan Leko et ses hommes: le suspense est bel et bien de retour en Pro League. Trois petits points séparent Genk du Club de Bruges à deux journées de la fin. Les Limbourgeois ont pris un sacré coup sur la tête ce soir et ça promet deux dernières journées spectaculaires.

  1. Les politiques tweetent et postent à tout-va: est-on entré dans une “selfiecratie”?

    Les politiques tweetent et postent à tout-va: est-on entré dans une “selfiecra­tie”?

    Conner Rousseau, Georges-Louis Bouchez, Egbert Lachaert, Joachim Coens: les principaux protagonistes des discussions au niveau fédéral usent (abusent?) des réseaux sociaux pour communiquer et se lancer des messages, pas toujours bienveillants d’ailleurs (voir ci-dessus la récente “story” du jeune président du sp.a adressé “à ces menteurs”). Désormais, les négociations peuvent quasiment se suivre en direct sur Twitter et Instagram. Assiste-t-on pour autant à une “trumpisation” de la politique belge?