Plein écran
© ap

"Le vol MH370 n'a pas disparu"

VideoDeux après sa disparition, le vol MH370 reste le plus grand mystère de l'aviation moderne. Florence de Changy, correspondante de France Info, du Monde et de RFI, publie ce mercredi un livre qui risque de faire de bruit. "Le vol MH370 n'a pas disparu."

Plein écran
© DR

"Cette histoire n'est pas crédible", confie-t-elle sur BFMTV. "On sait tous que le vol MH370 a disparu. Ce titre du livre est une façon de dire que la version officielle ne tient pas. Le Boeing 777, c'est l'avion le plus sûr du monde. Kuala-Lumpur-Pékin est un vol de routine, il y en a des dizaines par jour. Les conditions météo étaient également idéales. Mais cet avion disparaît quand même. Il y a des centaines de personnes à bord avec des téléphones portables. Il y a des tonnes d'électroniques. Il faut arrêter de dire que cette histoire est incroyable. Il faut dire qu'elle n'est pas crédible."

Pour la journaliste, il y a plusieurs autres incohérences qui relèvent de l'énigme. "Il n'est pas normal que l'enregistrement des échanges entre le cockpit et le contrôle aérien n'ait pas été rendu public de manière intégrale", ajoute-t-elle à France Info, affirmant qu'un pays comme la Malaisie n'avait pas les épaules assez larges pour mener une telle enquête.

"Accuser le pilote, c'est trop facile"
Explosion en vol, folie meurtrière du pilote, défaillance non-maîtrisée, bavure? La plupart des hypothèses ne tiennent pas selon Florence de Changy. "Accuser le pilote, c'est la solution favorite des enquêteurs. Si c'est lui, c'est personne d'autre. Si on a l'opportunité d'accuser le pilote, on le fait, même si c'est triste à dire."

Pour elle, c'est l'explosion en plein vol qui doit être retenue. "C'est la seule solution pour disparaître d'un radar. (...) A ma grande surprise, j'ai trouvé un grand nombre d'indices pouvant le penser. Quant au motif, c'est le secret ultime."

  1. Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters a réagi pour la première fois à la pandémie du coronavirus. Réduite au chômage technique comme tous les joueurs et joueuses de tennis, la Limbourgeoise, 36 ans, s'est exprimée par le biais de ses comptes Instagram et Twitter depuis les États-Unis. L'ancienne N.1 mondiale, qui devait y disputer les tournois WTA d'Indian Wells et de Charleston, a en effet décidé de rester de l'autre côté de l'Atlantique, dans sa maison du New Jersey, où elle a été rejointe par son mari Brian Lynch et sa fille aînée, Jada.