Plein écran
© belga

Les accords négociés au fédéral débattus au Parlement flamand

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Comme on pouvait s'y attendre, les négociations au fédéral se sont immiscées en filigrane du débat qui s'est tenu mercredi au Parlement flamand à la suite de la Déclaration de septembre qui marque la reprise des travaux de l'assemblée. Dans l'opposition, le Vlaams Belang a mis la pression sur la N-VA dont on attendait encore l'intervention en milieu d'après-midi. Le VB est d'avis qu'après ses critiques contre les accords partiels engrangés jusqu'ici, la N-VA n'a plus d'autres choix que celui de quitter l'exécutif flamand.

Le leader du parti d'extrême droite au Parlement flamand, Filip Dewinter, a répété tout le mal qu'il pensait des accords négociés que ce soit sur BHV ou la loi de financement. La Flandre est "laminée et bernée", a-t-il dit, soutenant que "BHV n'a pas été scindé sans contrepartie".

Défenseur de longue date de la scission de l'arrondissement, le député du CD&V Eric Van Rompuy a répondu au quart de tour aux allégations du Belang. Non seulement, BHV est scindé mais il n'y a ni élargissement de Bruxelles ni corridor ni modification du statut des communes de la périphérie, a-t-il souligné. "Nous avons (obtenu) la scission la plus pure que nous pouvions obtenir. Je suis satisfait que ce soit scindé. J'ai le sentiment que vous auriez préféré que ce ne le soit pas", a-t-il poursuivi. "Je ne serai satisfait que lorsque la Belgique sera scindée", a rétorqué Filip Dewinter.

Le chef de groupe CD&V Ludwig Caluwé a pour sa part répété le message du ministre-président Kris Peeters selon qui on ne pourra juger le contenu des accords partiels conclus au fédéral que lorsqu'on disposera des textes définitifs. Cependant a-t-il fait observer, ce sont des "avancées très importantes" qu'a pu obtenir la Flandre, la meilleure illustration étant "les conclusions politiques qu'en a tirées le FDF".

Dans l'opposition flamande, l'Open Vld a choisi l'angle budgétaire pour attaquer le gouvernement Peeters II. Le chef de groupe Sas van Rouveroij a reproché à la coalition flamande de ne pas avoir profité de la bonne tenue des recettes fiscales pour constituer des réserves.

L'intervention de la N-VA était fort attendue mercredi après-midi. Les nationalistes devaient s'exprimer après les écologistes de Groen!. (belga)