Plein écran
© belga

Les agriculteurs ne participeront pas au rassemblement des gilets jaunes

La Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea) "comprend" le mouvement des gilets jaunes, mais elle ne participera pas au rassemblement prévu samedi par crainte de débordements et parce que les revendications ne sont pas suffisamment claires, a expliqué mardi soir le président du syndicat agricole, Philippe Duvivier, à l'issue d'une réunion sur le sujet.

Sollicitée par des citoyens actifs au sein du mouvement des gilets jaunes pour se joindre au rassemblement de samedi à Bruxelles, la Fugea s'est entretenue avec quelques têtes pensantes de ce mouvement avant de prendre attitude.

"Revendications pas très claires"
Mais "pour le moment, les revendications ne sont pas très claires", constate Philippe Duvivier. "Celles de Liège ne sont pas les mêmes qu'à Mouscron."

Pour le syndicat qui défend l'agriculture paysanne et qui a manifesté dimanche pour le climat, le plus important est de se concentrer sur "un changement de modèle". Mais "la seule issue possible est la négociation", considère M. Duvivier, qui ne voit pas bien comment envisager de collaborer avec les gilets jaunes tant qu'ils ne se structurent pas davantage.

Peur des destructions de matériel
Par ailleurs, la Fugea craint d'exposer les agriculteurs à des destructions de matériel et autres actes de vandalisme qui pourraient être commis par des casseurs à l'occasion du rassemblement.

Jusqu'ici, la police locale n'a reçu aucune demande d'autorisation de la part des gilets jaunes, qui ont annoncé sur les réseaux sociaux une nouvelle manifestation samedi dans la capitale.

Mobilisés au départ contre les prix du carburant, des citoyens vêtus de chasubles fluorescentes mènent des barrages et protestent depuis plusieurs semaines en France et en Belgique contre la précarité et l'ampleur des taxes qui les touchent.

  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.