Plein écran
© ap

Les députés britanniques votent pour prendre le contrôle du Brexit

Les députés britanniques ont voté lundi soir un amendement leur permettant d'influer sur le processus du Brexit, infligeant un humiliant camouflet au gouvernement de la Première ministre Theresa May.

Plein écran
© epa
Plein écran
© epa
Plein écran
© epa
Plein écran
© epa

Cet amendement, adopté par 329 voix contre 302, leur permet d'organiser mercredi une série de votes indicatifs sur la forme que doit prendre le Brexit. Parmi les options sur lesquelles les députés pourraient donner leur avis: maintien dans le marché unique, nouveau référendum, voire annulation de la sortie de l'UE.

Démission de trois secrétaires d'Etat
Rajoutant à l'ambiance dramatique, trois secrétaires d'Etat ont annoncé leur démission dans la soirée: Richard Harrington (Industrie) sur Twitter, ainsi qu'Alistair Burt (Affaires étrangères) et Steve Brine (Santé), a indiqué à l'AFP une source gouvernementale.

Richar Harrington a reproché au gouvernement dans sa lettre de démission de jouer "à la roulette" avec "les vies et les moyens de subsistance de la grande majorité de notre peuple" du fait de son "échec à garantir un accord" de sortie.

"Cet amendement renverse l'équilibre entre nos institutions démocratiques et crée un dangereux et imprévisible précédent pour le futur", a réagi un porte-parole du ministère chargé du Brexit. Avant d'appeler le Parlement à "définir les prochaines étapes" avec "réalisme: toute option envisagée doit être réalisable dans le cadre de négociations avec l'UE", a-t-il souligné.

La crise politique accentuée
Ce vote et ces démissions accentuent la crise politique que traverse le pays, avec une Première ministre qui a perdu toute autorité et le contrôle du Brexit, et semble plus que jamais proche de la sortie.

Theresa May cherche en effet toujours des soutiens pour passer son accord de divorce négocié avec Bruxelles, déjà massivement rejeté par deux fois par les députés mais dont dépend une sortie ordonnée de l'Union européenne le 22 mai.

Le Royaume-Uni aurait théoriquement dû quitter l'UE vendredi 29 mars à 23H00 GMT, un peu moins de trois ans après le référendum de juin 2016. Mais faute d'avoir pu rallier les députés derrière son accord de divorce péniblement négocié avec Bruxelles, Theresa May a été contrainte de demander aux dirigeants de l'UE un report de cette échéance historique, fixée désormais au 12 avril au plus tôt.

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.