Plein écran
© photo_news

Les dessous de l'affaire Olivier Martins

UpdateAvec son accent du sud de la France (il est originaire de Perpignan), l'avocat Olivier Martins est ce que l'on appelle une "star du barreau" à Bruxelles. Très médiatisé, il s'est notamment rendu célèbre en défendant Abdellah Ait Oud, le meurtrier des petites Stacy et Nathalie. Le pénaliste a même été chroniqueur pour RTL-TVi, dans l'émission dominicale (aujourd'hui disparue) "On refait le monde". Le voilà depuis mardi sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de membre d'une organisation criminelle.

Plein écran
Mohamed Benabdelhak © DR

La justice le soupçonne d'être impliqué dans la tentative d'évasion de la prison de Saint-Gilles du trafiquant de drogue Mohamed Benabdelhak il y a bientôt trois ans. Le 13 avril 2014, plusieurs individus tentent de pénetrer dans l'enceinte de la prison saint-gilloise. Lourdement armés et équipés de brassards de la police, ils font feu mais la tentative d'évasion échoue et les malfrats prennent la fuite.  S'en suit une course-poursuite sur le ring. Vingt-neuf étuis de calibre 7.62 mm sont retrouvés devant la prison et sur le ring bruxellois.

Rapidement, les enquêteurs établissent que le commando a agi pour libérér Mohammed Benabdelhak dit "Le Bombé", un baron de la drogue originaire de Creil, au nord de Paris, spécialisé dans l'importation de cannabis marocain en France. Le caïd devait alors être livré aux autorités françaises et ce jour-là, son avocate, de nationalité française, a rendez-vous avec son client pour un parloir. Elle est dès lors suspectée d'avoir facilité la tentative d'évasion. Entendue, la pénaliste française est néanmoins relaxée le soir-même.

Le 3 juin 2015, soit plus d'un an plus tard, quatre suspects sont interpellés près de Paris, dont l'avocate membre du barreau de Paris. Livrée à la Belgique quelques jours plus tard, la jeune femme est finalement libérée sous conditions après deux semaines de détention préventive par le juge d'instruction Michel Claise. L'avocate nie en bloc et déclare avoir été "piégée".

Coup de théâtre ce mardi 14 mars: on apprend que ce dernier porte aujourd'hui des soupçons sur Maître Olivier Martins, "l'avocat français" du barreau de Bruxelles. "Des perquisitions ont été effectuées au domicile et au cabinet d'Olivier Martins (...) et ce dans le cadre de la tentative d'évasion de Benabdelhak M.", stipule un communiqué du parquet.

"Depuis cette tentative d'évasion, une vaste enquête est menée par la DR1 (criminalité grave envers des personnes et des biens) de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Au stade actuel de l'instruction, divers éléments ont mené le juge d'instruction à procéder à ces perquisitions et à la privation de liberté de O.M", poursuit le communiqué. En fait, selon certaines sources, c'est Olivier Martins qui aurait trouvé le commando. Il aurait en outre renseigné l'avocate française sur la localisation du parloir.

Plein écran
Claude et Frédéric Hilger. © DR.

Très discret sur ces "éléments" ayant conduit à son interpellation, le parquet n'a pas confirmé mercredi des liens avec d'autres dossiers comme cela a pu être rapporté par les journaux de Sudpresse. Selon le média, plusieurs autres affaires découlent en effet de la tentative d'évasion ratée d'avril 2014.

Et en premier lieu la disparition des frères Hilger, deux autres figures du grand banditisme qui auraient selon Sudpresse fait partie du commando et qui ont été retrouvés dissous dans de l'acide en mars 2016. Mais aussi le meurtre d'un droguiste à Schaerbeek: l'homme qui aurait vendu les 400 litres de produit servant à faire disparaître les corps de Claude et Frédéric Hilger a été tué d'une balle dans la tête. Et enfin la retentissante attaque en août dernier de l'INCC (Institut national de criminalistique et de criminologie) en août dernier, qui abritait peut-être une chaussure récupérée le 8 mars 2016 à Seneffe dans la camionnette dans laquelle les corps des frères Hilger avaient été retrouvés. Selon RTL Info, Me Martins ne serait pas directement lié à ces assassinats.

Pour rappel, le juge d'instruction Michel Claise, accompagné d'enquêteurs, a fait irruption mercredi matin à la cour d'assises de Bruxelles pour signifier à une collaboratrice de Me Martins qu'elle serait entendue comme témoin. Son audition est prévue ce mercredi à 18 heures.

La chambre du conseil doit se prononcer vendredi sur le maintien en détention de l'avocat. Rappelons enfin que celui-ci bénéficie évidemment de la présomption d'innocence.

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.