Plein écran
© photo_news

Les échafaudages du Palais de Justice de Bruxelles pas près de disparaître

VideoMême s'ils sont toujours illégaux, les échafaudages qui encadrent le Palais de Justice de Bruxelles pourraient prochainement voir leur superficie doubler, peut-on lire mardi dans L'Echo. L'information figure également en bref dans La Libre Belgique.

Ces échafaudages, installés en 2005, sont au centre d'une bataille juridique depuis plusieurs années.

En 2011, la Région bruxelloise avait introduit un recours contre la Régie des Bâtiments devant le tribunal de première instance pour faire constater l'illégalité des échafaudages placés sans permis d'environnement et demander leur retrait immédiat pour des questions esthétiques et de sécurité.

En juillet 2011, le tribunal a estimé que les échafaudages étaient illégaux mais il n'a pas ordonné leur retrait, préférant désigner un expert chargé d'évaluer le risque réel de chutes de pierres et décider du meilleur moyen de protection entre les échafaudages et des filets de sécurité.

Sur base du rapport de l'expert, le tribunal a reconnu durant l'été 2012 la même efficacité aux deux moyens de protection et avait donné trois mois à la Régie des Bâtiments pour faire un choix. En décembre 2012, alors que la situation n'avait guère évolué, le tribunal a rappelé le caractère illégal des échafaudages mais n'a pas prononcé de "mesure de cessation" compte tenu de l'"impératif supérieur de sécurité".

D'après L'Echo, des contacts ont eu lieu ces dernières semaines entre les cabinets du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, de la ministre de l'Economie Céline Frémault et du secrétaire d'Etat à la Régie des Bâtiments Servais Verherstraeten.

Un accord semble désormais se dégager. La Régie devrait introduire une nouvelle demande de permis au printemps 2014. La piste sur la table serait de doubler la superficie des échafaudages et de placer un filet de sécurité. Les travaux de sécurisation et de rénovation du Palais de Justice devraient être relancés dans la foulée et pourraient être achevés à l'horizon 2017-2018, douze ans après l'installation des échafaudages...