Plein écran
Damien Thiéry. © belga

Les francophones désunis dans certaines communes à facilités de la périphérie

Dans trois des six communes communes à facilités de la périphérie, le front francophone de 2012 s'est fissuré voire a explosé.
La séparation des libéraux et des FDF (aujourd'hui DéFI) au sein du MR ainsi que l'appel du président du cdH, Benoît Lutgen, à un renversement d'alliances en Wallonie et à Bruxelles sont passés par là.

La fracture est nette dans deux des trois communes les plus en vue dans la saga des bourgmestres "non nommés", c'est-à-dire ces mandataires élus démocratiquement mais dont la Région flamande a refusé la nomination pour non respect de son interprétation des règles linguistiques, en particulier dans l'envoi de convocations électorales.

A Linkebeek, Damien Thiéry (MR, ex-FDF) tirera une liste alors que l'échevin Yves Ghequière (indépendant) en emmènera une autre avec le soutien de la bourgmestre Valérie Geeurickx et de DéFI.

A Crainhem, une liste bilingue emmenée par la bourgmestre Dorothée Cardon de Lichtbuer (cdH) sera soutenue par Ecolo, l'Open Vld et le CD&V. La liste Union qui avait engrangé 16 sièges sur 23 en 2012 a volé en éclat. DéFI présentera une liste de rassemblement francophone, dont l'objectif reste la défense des droits des francophones "et de tous les citoyens qui n'acceptent pas la politique nationaliste des autorités flamandes". Les négociations avec les représentants du MR local n'ont pas abouti, parce que, aux yeux de DéFI, le MR n'a pas voulu clarifier sa position à l'égard d'un candidat libéral, Thierry Van de Plas, qui a tenu des propos négationnistes.

A Wezembeek-Oppem, le bourgmestre sortant Frédéric Petit tirera une liste d'unité francophone LB-UNION. M. Petit (MR) était devenu bourgmestre à la fin 2013 après un nouveau refus du gouvernement flamand de nommer François van Hoobrouck d'Aspre, pour infractions à la législation linguistiques liées à la langue de l'envoi de la convocation électorale. Actuellement, LB-UNION dispose de 19 sièges sur les 23 du conseil communal, les cinq autres étant revenus à la liste d'unité flamande OPEN.

Les partis francophones se présenteront également une nouvelle fois sur une liste d'unité lors du scrutin d'octobre dans la commune à facilités de Rhode-Saint-Genèse. Baptisée IC-GB (Intérêts communaux - Gemeentebelangen), elle sera emmenée par le bourgmestre sortant Pierre Rolin. IC-GB dispose actuellement de 17 des 25 sièges au conseil communal.

A Wemmel également, et pour la première fois, l'ensemble des formations francophones (MR, DéFI, PS, cdH et Ecolo + des indépendants) se présenteront en front électoral uni sous la bannière "Intérêts Communaux" avec des objectifs de bonne gestion de la commune, mais aussi de maintien des facilités linguistiques dans cette commune à facilités située au nord de la capitale.

En raison des coups de canifs portés au cours des dernières années aux facilités linguistiques, ils entendent préserver celles de la commune de Wemmel qui héberge notamment la plus grande école francophone de la périphérie (700 élèves).

Face à eux, la Liste du Bourgmestre actuel, le néerlandophone, Walter Vansteenkiste réunira des candidats apparentés CD&V et N-VA ainsi que deux échevins francophones indépendants Vincent Jonckheere et Christine Lemmens. L'ancien arbitre international de football Marcel Van Langenhove, actif depuis 1988 dans la politique locale, ne sera plus candidat, contrairement à l'ex-bourgmestre Chris Andries (2010-2012) qui se présentera à la tête d'une liste Wemmel PLUS, sans apparentement à un parti.

A Drogenbos, hormis Ecolo, les partis francophones se présentent à l'électeur en front uni. Dans cette commune située au sud ouest de Bruxelles, la liste UF actuelle a cinq représentants au conseil communal sur 17. Le conseil est dominé par la Liste du Bourgmestre néerlandophone Alexis Calmyn. Un des échevins de cette liste (Steve Roobaert) se présentera sur une liste séparée.

  1. Enquête ouverte pour organisation frauduleuse et insolvabilité contre Nathan Duponcheel et sa mère
    Play
    Mise à jour

    Enquête ouverte pour organisati­on frauduleu­se et insolvabi­lité contre Nathan Duponcheel et sa mère

    En marge du procès de Nathan Duponcheel devant la cour d’assises, le ministère public a ouvert une enquête contre l’accusé et sa mère pour organisation frauduleuse et insolvabilité, a-t-on appris lundi. Celui-ci a été alerté par la banque que des fonds ont été transférés du compte bancaire du fils vers celui de sa maman. “C’est pour aider les frais d’avocats, il s’agit de quelques milliers d’euros”, s’est défendu l’accusé.
  2. Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable "tant en termes d'image que de service à la population. Nous n'allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).