Plein écran
© Police Fédérale

Les images de l'auteur de la fusillade

VideoLa police fédérale vient de lancer un appel à témoin.

Plein écran
© Police Fédérale

Les autorités recherchent activement l'auteur de la fusillade mortelle du Musée Juif, sis rue des Minimes à Bruxelles. Trois personnes ont été tuées. Un couple de touristes israéliens domiciliés à Tel-Aviv et une Française sont décédés. Alexandre Strens, 25, employé au Musée juif de Bruxelles, est à l'hôpital Saint-Pierre. La porte-parole du parquet de Bruxelles, Ine Van Wymersch, a indiqué, dimanche vers 16 heures, que le jeune homme de nationalité belge continuait à lutter pour sa vie à l'hôpital.

Sur son site, la police fédérale a publié des informations concernant le tireur, qui court toujours. Selon les images et premiers éléments de l'enquête, "l'auteur est de corpulence moyenne, athlétique et se déplace souplement. Il portait une casquette de couleur sombre avec un logo clair sur la face avant du côté gauche."

"Il portait un vêtement de couleur bleu clair avec un logo clair à hauteur de la poitrine du côté gauche, un pantalon de couleur sombre et des chaussures également de couleur sombre avec des semelles claires. Il portait en bandoulière un sac de couleur sombre avec logo blanc de petite taille et un autre de type sac de sport également sombre avec logo clair. Il a fait usage d'une arme d'épaule avec crosse pliable de type Kalashnikov."

L'auteur s'est enfui "à pied en direction de la rue des chandeliers, en direction de la rue Haute à Bruxelles, dans le quartier des Marolles où il a été perdu de vue."

"A la demande du Juge d'instruction, il est demandé à toute personne susceptible d'identifier l'auteur de l'agression mortelle de la rue des Minimes à Bruxelles intervenue ce 24 mai vers 15.50 heures ou disposant d'informations, de prendre contact avec le numéro 0800/30.300"

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”, affirme un spécialiste

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”, affirme un spécialis­te

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Pia aurait été traitée plus rapidement si elle était née en Wallonie

    Pia aurait été traitée plus rapidement si elle était née en Wallonie

    La Belgique se mobilise pour aider la petite Pia, âgée de 9 mois et atteinte d’amyotrophie spinale. Pia avait quatre mois quand ses parents ont commencé à s’inquiéter pour son état de santé. “Si on la mettait sur le ventre, elle ne faisait rien avec la tête. Elle restait allongée”, racontait sa maman cet été à De Morgen. Les parents avaient un point de comparaison: le frère aîné de Pia, Briek, qui au même âge “tenait sa tête fermement vers le haut”.
  3. L'office des étrangers remet les visites domiciliaires sur le tapis

    L'office des étrangers remet les visites domiciliai­res sur le tapis

    L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi. Une invitation étrange, étant donné que le gouvernement est en affaires courantes et que ce projet de loi controversé date de la législature précédente.