Plein écran
La marche pour le climat avait rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes à Bruxelles le 2 décembre. © epa

Les marcheurs pour le climat sont prêts à remettre ça

Quelques jours après la marche pour le climat qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues de Bruxelles, un nouveau rassemblement est prévu dans la capitale le samedi 12 janvier 2019.

Quatre jours après la marche historique du 2 décembre, les organisateurs et les 65 à 75.000 personnes descendues dans la rue pour le climat ont l'impression de ne pas avoir été entendus. Pis, de s'être fait rouler par les responsables politiques, qui ont pourtant salué la manifestation le jour-même, sur place ou sur les réseaux sociaux. Un discours de façade?

Il faut dire qu'en trois jours à peine, le fédéral et les régions, compétents en matière d'environnement et de développement durable, se sont fait remarquer négativement, que ce soit au niveau de la communication ou des actions. Et lorsque le cabinet de la ministre Marghem se permet de sécher une réunion nationale sur la question, les climatosensibles ont bien des raisons de penser que le monde politique semble prendre l'urgence climatique par-dessus la jambe.

Pour une justice climatique... et migratoire
Face à ce constat, une nouvelle mobilisation pour le climat s'organise sur les réseaux sociaux. Ainsi, l'événement "Rise for climate" appelle les citoyens à se rendre de nouveau à Bruxelles le samedi 12 janvier prochain pour la justice climatique, mais également migratoire. Comme l'expliquent les organisateurs, réchauffement climatique et migration sont intimement liés. Ils ont donc décidé d'apporter leur soutien à un autre événement prévu le même jour, la "Manifestation pour la justice migratoire", organisée par plusieurs associations belges.

Ces deux événements rassemblent pour l'instant plusieurs milliers de personnes.

  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.