Plein écran
© belga

Les rapports d'autopsie de l'attentat du Musée juif ont aussi été volés

Le parquet fédéral a précisé vendredi les dossiers pris sous sa charge qui sont concernés par le vol jeudi dernier d'un disque dur d'un médecin légiste dans le bâtiment "Portalis" à Bruxelles. Aucun des dossiers volés n'était lié à l'attentat de l'aéroport de Zaventem. Le vol des dossiers qui concernent 15 des 16 victimes de l'attentat à la station Maelbeek et l'attentat du Musée juif n'aura pas de conséquences sur les enquêtes et procédures en cours. Le disque dur ne contenait pas de photos, uniquement des documents écrits.

Certains éléments concernent l'attentat terroriste du Musée juif du 24 mai 2014, actuellement jugé devant la cour d'assises de Bruxelles, mais aussi la fusillade de la rue du Dries du 15 mars 2016, jugée le 23 août 2018, l'attentat terroriste dans la station de métro Maelbeek le 22 mars 2016, l'attentat terroriste contre deux policières à Charleroi le 6 août 2016 et le dossier concernant l'agression contre deux policiers à Schaerbeek le 5 octobre 2016, qui fait l'objet d'un arrêt de la cour d'appel de Bruxelles du 20 avril 2018. Aucun des dossiers de l'attentat de l'aéroport de Zaventem n'a été volé.

Pour l'attentat à la station Maelbeek, le disque dur dérobé contenait des copies des rapports d'autopsie de 15 des 16 victimes décédées. "Il s'agit uniquement des rapports d'autopsie écrits", a tenu à préciser le parquet fédéral. "Le disque dur ne contient aucune photo ou autre matériel visuel. Seules les identités des victimes décédées étaient mentionnées sur le support informatique. Celles des membres de leur famille ou d'autres proches n'y figuraient pas. Les personnes blessées ou leurs proches ne sont pas non plus concernées."

Il en va de même pour les quatre victimes de l'attentat contre le Musée juif dont les avocats ont été informés directement.

Selon l'analyse actuelle du parquet fédéral, le vol de ce disque dur n'a aucune incidence sur les enquêtes en cours ou les autres procédures qu'il traite. Les rapports en question avaient déjà tous été joints aux dossiers concernés.

Les victimes concernées par ce vol en ont été informées. Le parquet fédéral, qui regrette le chagrin supplémentaire causé aux familles, rappelle l'existence en son sein d'un service qui se consacre à l'aide aux victimes.

Le juge d'instruction, saisi par le procureur du Roi de Bruxelles, met tout en œuvre pour retrouver le disque dur volé.

  1. Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Nadine W., 48 ans, risque deux mois de prison et une amende d’au moins 3.200 euros pour délit de grivèlerie le 28 avril dernier. Elle avait alors commandé une assiette de croquettes au fromage et un café pour une dizaine d’euros à la Casa Nostre, à La Panne, avant de quitter l’établissement sans régler la note. La femme n’en est pas à son coup d’essai. Elle est en effet connue des restaurateurs depuis des mois comme “le cauchemar de l’Horeca sur la côte”.