Plein écran
© belga

Les Red Lions partagent face à la Nouvelle-Zélande et gagnent les shoot-outs

Les Red Lions ont enregistré leur deuxième partage en Hockey Pro League, vendredi à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Comme contre l'Espagne dans leur match d'ouverture mi-janvier (nul 2-2), les Red Lions ont laissé échapper un avantage de deux buts au marquoir pour finalement partager l'enjeu 4-4 face à la Nouvelle-Zélande, 8e nation mondiale. La Belgique, championne du monde en titre et N.1 mondiale, a ensuite gagné un point de bonus en s'imposant 2-4 aux shoot-outs. Avec son succès 2-4 acquis samedi dernier en Argentine, elle possède désormais 6 points au classement de cette nouvelle compétition internationale. 

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Pour ce troisième match de Pro League en déplacement, le staff technique des Lions mit Vincent Vanasch au repos, donnant ainsi du temps de jeu à son remplaçant Loic Van Doren. Bien décidés à faire la différence d'entrée de jeu, les Red Lions exercèrent une pression constante sur la défense des Black Sticks dans le premier quart-temps. Mais ni Thomas Briels, à deux reprises, ni Tom Boon, sur le 1er pc belge, ni les essais de Maxime Plennevaux ou Sébastien Dockier ne parvinrent à tromper George Enersen, le gardien kiwi.

Sur le premier contre néo-zélandais en début de deuxième quart, les hommes de Darren Smith se créèrent leur seule occasion de la première mi-temps. Une interception manquée de la défense et une faute jugée intentionelle par l'arbitre de Loic Van Doren, permit à la Nouvelle-Zélande d'obtenir un penalty stroke, que convertit imparablement Hugo Inglis pour ouvrir le score (17e). Les Belges restèrent très offensifs et la réaction ne se fit pas attendre. Sur un centre d'Alexander Hendrickx, Cédric Charlier dévia habilement pour tromper Enersen et égaliser à 1-1 (19e). Deux minutes avant de rejoindre les vestiaires, Plennevaux se mit à nouveau en évidence. L'attaquant du club néerlandais d'HGC reprit de volée une balle haute dans un angle fermé et néanmoins trouver le cadre (27 e). Le deuxième but du Brabançon en Pro League et sa quatrième implication dans les 8 goals inscrits jusque là par la Belgique, après le partage 2-2 en Espagne et le succès 2-4 en Argentine.

Après la reprise, les Kiwis se montrèrent plus dangereux et égalisèrent via Aidan Sarikaya (35e). Leur joie fut cependant de courte durée, Arthur Van Doren redonnant l'avance aux siens 2 minutes plus tard sur un rebond accordé par le gardien adverse (37e). Les Lions doublèrent leur avance dans le dernier quart sur un contre bien mené par Augustin Meurmans et Felix Denayer, qui servit sur un plateau Charlier pour le 4-2 (46e). Mais comme contre l'Espagne, la Belgique ne conserva pas cet avantage, encaissant deux buts en deux minutes de temps. Le prermier sur pc, via Nic Woods qui plaça son sleep entre les deux frères Van Doren, et le deuxième sur un bel envoi de revers de Stephen Jenness. Malgré un pc de part et d'autre le score n'évolua plus.

Aux shoot-outs pour une unité supplémentaire au classement, les Belges se montrèrent intraitables. Van Aubel, Denayer, Wegnez et De Sloover inscrivant leurs quatre essais, tandis que Vanasch stoppa deux tentatives néo-zélandaises.

Plus tôt dans la journée, les Red Panthers, l'équipe féminine, s'était imposée 0-1 face à la Nouvelle-Zélande, aussi à Auckland.

Comme les Red Lions, les Panthers poursuivront leur Pro League par le même déplacement en Australie (FIH-3), avant de se consacrer à leur championnat national dès le 17 février. 

  1. Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Nadine W., 48 ans, risque deux mois de prison et une amende d’au moins 3.200 euros pour délit de grivèlerie le 28 avril dernier. Elle avait alors commandé une assiette de croquettes au fromage et un café pour une dizaine d’euros à la Casa Nostre, à La Panne, avant de quitter l’établissement sans régler la note. La femme n’en est pas à son coup d’essai. Elle est en effet connue des restaurateurs depuis des mois comme “le cauchemar de l’Horeca sur la côte”.