Les Watducks sur le toit de l'Europe

VideoLe Waterloo Ducks a remporté la 12e édition de l'Euro Hockey League, devenant le premier club belge à triompher dans la plus importante compétition européenne de clubs. Lundi à Eindhoven, les Brabançons wallons se sont imposés 4-0 contre les Allemands du Rot Weiss Cologne grâce à des buts de William Ghislain, Gauthier Boccard, Maxime Bertrand et Quentin Van Lierde.

Plein écran
© belga
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Fidèle à sa tactique payante depuis le début de tournoi, les hommes de 'Coche' De Grève ont entamé la partie de manière fort prudente, laissant aux Allemands l'initiative. Si défensive qu'ils ne franchirent le milieu de terrain qu'à deux reprises dans les dix premières minutes sans toutefois pénétrer dans le cercle allemand. Seule une balle haute permit à Renaud Pangrazio de pénétrer dans le 'D' adverse en fin de premier quart-temps, mais son centre n'amena rien. Pas un souci en soi, puisque Vincent Vanasch n'eut entre-temps qu'une seule balle à effleurer durant ces quinze premières minutes de jeu.

Le deuxième quart fut déjà plus rythmé et donna surtout l'occasion à 'The Wall', le dernier rempart des Brabançons, d'à nouveau s'illustrer. De manière anodine à la 20e minute, puis d'un plongeon sublime sur une reprise de revers de Knobling, avant de s'interposer sur un essai de revers de Gomoll. Trois touches de balle significatives, qui s'enrichissaient d'une suivante en début de deuxième mi-temps, détournant du gant une déviation du même Knobling. L'émoi fut de mise dans le clan des supporters belges dans la minute suivante lorsque Knobling, à nouveau, reprit un centre pour tromper Vanasch, mais la vidéo demandée par les Waterlootois révéla une faute de pied de l'attaquant allemand.

A la 42e minute, Louis Capelle joua un coup-franc en bord de cercle rapidement pour décaler William Ghislain. Le jeune milieu offensif de 19 ans adressa un tir puissant de coup droit qui trompa Haly, inscrivant son 2e but en quatre matchs d'EHL.

Capelle s'illustra également d'une belle reprise plongée, détournée du gant par le gardien allemand. La pression des champions de Bundesliga s'accentua. Enlevant leur gardien, ils jouèrent à 11 joueurs de champ à 3:22 de la fin du temps réglementaire, ce dont profita Pangrazio pour forcer le premier pc de la partie. Sans keeper en face de lui, Gauthier Boccard se fit un plaisir de le transformer en expédiant un sleep en plein centre (58e). Frustrés et énervés, les frères Grambusch et leurs équipiers laissèrent portes ouvertes en défense dans les deux dernières minutes, permettant à Maxime Bertrand (60e) et Quentin Van Lierde (60e) d'alourdir l'addition pour offrir un succès historique au hockey belge, quatre mois après avoir été sacré champion du monde en Inde.

Le Watducks est le premier club belge à remporter l'EHL. En 2013, le Dragons s'était incliné en finale devant les Néerlandais du HC Bloemendaal (2-0). Plus tôt dans la journée, les Allemands du Mannheimer HC avaient remporté la médaille de bronze en battant les Espagnols du Real Club de Polo de Barcelone sur le score de 1-0 grâce à un penalty corner de l'Argentin Gonzalo Peillat.

  1. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaitée. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.