Plein écran
© getty

Lewis Hamiton et Mercedes dominent le GP de Malaisie

Le Britannique Lewis Hamilton a dominé de bout en bout le Grand Prix de Malaisie, deuxième manche du championnat mondial de F1, dimanche sur le circuit de Sepang.

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix de Malaisie de Formule 1, 2e manche de la saison 2014, dimanche sur le circuit de Sepang, devant son coéquipier Nico Rosberg et le champion du monde en titre, Sebastian Vettel (Red Bull-Renault).

"C'est incroyable, je suis très reconnaissant à mon équipe et je veux dédier cette victoire aux victimes de la tragédie d'il y a trois semaines", a dit Hamilton sur le podium. Le départ avait été précédé d'une minute de silence en hommage aux 239 victimes du Boeing du vol Malaysian MH370, disparu après son départ de Kuala Lumpur le 8 mars.

Parti en pole position, Hamilton n'a jamais été inquiété dans les 56 tours de cette course disputée intégralement sur piste sèche, alors qu'il avait plu abondamment chaque jour à la même heure depuis jeudi. C'est la deuxième victoire de Mercedes en deux courses cette saison, puisque Rosberg avait gagné en Australie il y a 15 jours, mais c'est le premier doublé de la marque à l'étoile en 2014.

C'est aussi la 23e victoire d'Hamilton, champion du monde 2008 (chez McLaren), qui n'avait plus gagné en F1 depuis le GP de Hongrie en juillet 2013. Au terme de ce week-end parfait des Flèches d'Argent, Mercedes prend la tête du classement constructeurs et Rosberg conserve celle du classement pilotes.

Le podium de Vettel confirme le retour en forme de l'écurie quadruple championne du monde en titre et de son leader allemand, même si son coéquipier australien Daniel Ricciardo a abandonné après une avalanche de soucis en course (roue mal vissée, aileron avant affaissé), alors qu'il était confortablement installé à la 4e place.

Cette 4e place a été récupérée par l'ex-champion du monde espagnol Fernando Alonso (Ferrari), trois fois vainqueur en Malaisie, au terme d'une jolie passe d'armes avec l'Allemand Nico Hülkenberg (Force India).

Plein écran
© ap