Plein écran
© belga

Liverpool bute sur le Bayern, Denayer impressionne contre Suarez et Messi

Une soirée sans but en Ligue des Champions, ça n'arrive pas toutes les semaines. Mais ce soir, il n'y avait rien à faire pour tromper les gardiens et la vigilance de leurs défenses. Ni à Lyon, où le Barça est tombé sur une solide organisation française et, entre autres, un excellent Jason Denayer impérial face à la puissance offensive des Blaugrana (0-0). Ni à Liverpool où les Reds espéraient pourtant profiter de l'ambiance chaleureuse d'Anfield Road pour prendre une option sur les quarts de finale, face au Bayern. Mais les hommes de Klopp se sont montrés beaucoup trop maladroits et imprécis face au but (0-0). Barça-Lyon et Bayern-Liverpool, les décisions tomberont donc lors des matchs retour.

Les matchs

Plein écran
© reuters
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© belga
Plein écran
© epa
Plein écran
© belga

Des regrets pour Liverpool
Dans un match qui a mis un bon quart d'heure à démarrer, c'est finalement Liverpool qui a pris le contrôle des opérations en première période, même si c'est bien le Bayern qui s'était créé la première grosse opportunité de la rencontre. Sadio Mané à trois reprises, mais aussi Mo Salah et Roberto Firmino ont eu les occasions, mais ne les ont pas converties. Les Reds auraient sans doute dû rentrer au vestiaire avec l'avantage. Mais Liverpool a gaspillé et la rencontre s'est un peu fermée en seconde période. Les hommes de Klopp, malgré les changements et la montée d'Origi notamment, n'ont plus réellement inquiété un Bayern bien organisé mais pas franchement décidé à marquer ce soir. Les Reds n'ont pas trouvé le chemin des filets à domicile, il va falloir le faire à Munich dans trois semaines, dans un match qu'on peut espérer plus emballant que le timide spectacle auquel on a assisté ce mercredi.

Le Barça muet, Lyon solide
De l'autre côté, le Barça n'avait pas l'intention d'attendre le match retour pour faire la différence. Pourtant, et après un début de match tonitruant, ce sont bien les Lyonnais qui ont cru au but d'ouverture après dix minutes de jeu, mais Ter Stegen sortait le grand jeu pour empêcher l'OL de prendre l'avantage. Dans la foulée, c'est Ousmane Demblé, l'homme le plus dangereux de la première période qui a mis le gardien lyonnais à contribution. Mais le Barça n'a finalement jamais trouvé la clé. En seconde période, ce sont Lionel Messi, Luis Suarez et Philippe Coutinho qui ont eu les occasions les plus franches, mais l'Argentin et le Brésilien sont tombés sur un Anthony Lopes en grande forme, tandis que l'envoi puissant de l'Uruguayen est passé juste à côté du cadre. Le Barça devra faire mieux au Camp Nou, s'il veut l'écueil lyonnais et poursuivre son aventure européenne.

L'homme de la soirée

Jason Denayer
Même dominé, l'Olympique Lyonnais conserve toutes ses chances de se qualifier en cas d'exploit à Barcelone. Et si c'est le cas c'est d'abord à son gardien que Lyon le doit. Mais aussi à un Jason Denayer très costaud. Pourtant encore incertain en début de semaine, le défenseur belge a été très très solide face à Messi et Suarez. Le patron de la défense de l'OL.

Plein écran
© epa

Le moment marquant

L'arrêt de Ter Stegen
Alors que le Barça, emmené par un Dembélé très entreprenant, avait commencé sa rencontre à 100 à l'heure, c'est Lyon qui a eu la première très grosse occasion de la partie. .Une frappe surpuissante de Terrier et il a fallu un tout grand Ter Stegen pour sortir l'envoi du Lyonnais, avec l'aide de la barre transversale.

La stat

3
Comme le nombre de frappes cadrées dans le duel entre Liverpool et le Bayern. ix tentatives au but et seulement deux cadrées, les Reds ont manqué de sang-froid en zone de conclusion. Le Bayern a, pour sa part, tout simplement manqué d'audace et de véléités offensives.

Plein écran
© ap

Le tweet

La décla

Citation

On espérait faire mieux dans le jeu. On a subi et concédé beaucoup d'occasi­ons, mais on a encore toutes nos chances pour le retour.

Bruno Genesio, entraîneur de Lyon

La question

Jason Denayer bientôt titulaire che les Diables?
Roberto Martinez n'a pas dû manquer la prestation de Jason Denayer avec Lyon ce soir. Et elle a dû le rassurer dans une période où de nombreux défenseurs belges sont dans le dur. Vincent Kompany et Thomas Vermaelen enchaînent les blessures, Christian Kabasele a, lui aussi, des petits soucis physiques en ce moment.

Si ça continue comme ça dans les prochaines semaines, Jason Denayer et Dedryck Boyata vont sans doute se disputer la place de titulaire dans l'axe pour les rencontres contre la Russie et à Chypre. Et ça pourrait être une belle revanche pour Jason Denayer? S'il avait joué six minutes contre l'Islande en novembre dernier, il faut remonter à ce funeste Belgique-Pays de Galles de l'Euro 2016, une rencontre difficile qu'il a payée au prix fort, pour trouver trace d'une titularisation de l'ancien Mancunien avec les Diables. Trois ans plus tard...

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.