Plein écran
La file des réfugiés, en ce compris de nombreux hommes célibataires de la bande de Gaza, qui souhaitent demander l'asile au Petit-Château à Bruxelles. © belga

Maggie De Block veut renvoyer les Palestiniens chez eux

La ministre en charge de l'Asile et de la Migration Maggie De Block (Open Vld) envisage de réévaluer les dossiers de réfugiés palestiniens, alors que les demandes des ressortissants de la bande de Gaza ne sont plus acceptées automatiquement. C'est ce qu'écrit Het Laatste Nieuws, mardi.

Jusqu'à récemment, les demandes d'asile émanant de personnes originaires de la bande de Gaza étaient presque systématiquement acceptées. Mais depuis le 5 décembre, le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) a adapté ses lignes directrices et examine les dossiers au cas par cas.

Révision du statut de réfugié
Maggie De Block se renseigne auprès du CGRA pour savoir si le statut de réfugié des Palestiniens de Gaza peut être revu. Si le Commissariat va dans son sens, cela signifie que des réfugiés reconnus pourraient perdre leur statut et devoir quitter le pays.

Les premières actions de Maggie De Block
Lorsque Maggie De Block a repris le portefeuille de l'ex-secrétaire d'État Theo Francken (N-VA), elle a immédiatement retiré le quota de 50 dossiers par jour. Le ministre estime que tout le monde devrait pouvoir demander l'asile rapidement.

Les inquiétudes de Theo Francken
Theo Francken lui a fait part de son inquiétude de laisser la porte ouverte aux hommes célibataires de Gaza, qui sont encouragés par les passeurs. À la fin du mois d'octobre, le compteur de demandes d'asile en provenance de la Palestine comptait 1.909 demandes. Cela signifie qu'après les Syriens, les Palestiniens constituent le plus grand groupe de demandeurs d'asile de notre pays. Avec sa nouvelle manœuvre, Maggie De Block durcit le ton.

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaité. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.
  3. Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Vers 21h ce mardi, 800.846 messages avaient déjà été envoyés et ça n’en finit pas de grimper. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.