Plein écran
© ap

Manifestation près de la frontière israélienne: trois morts et des centaines de blessés

Trois Palestiniens ont été tués et des centaines blessés samedi, lors des manifestations à la frontière entre Israël et la bande de Gaza.

Des dizaines de milliers de Gazaouites s'étaient rassemblés non loin de l'hermétique barrière frontalière lourdement gardée par les soldats israéliens. Il s'agissait, pour eux, de marquer le premier anniversaire des "grandes marches du retour". Après des semaines de tensions et dans un contexte compliqué par l'approche des élections législatives israéliennes, cet anniversaire a suscité de vives craintes qu'un nouveau conflit éclate avec l'Etat hébreu.D es affrontements ont bien éclaté, mais sans commune mesure avec, par exemple, le bain de sang qui avait coïncidé avec l'inauguration de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018 (plus de 60 morts).

L'armée israélienne déployée
L'armée israélienne avait déployé des milliers de soldats et des dizaines de tireurs d'élite, ainsi que des chars et de l'artillerie.

Deux adolescents palestiniens de 17 ans, l'un atteint au visage alors qu'il manifestait à l'est de Gaza, l'autre à la poitrine lors d'affrontements dans le sud de l'enclave, ont été tués, a rapporté le ministère gazaoui de la Santé. Très tôt samedi, un autre Palestinien de 20 ans avait été tué au cours d'une manifestation nocturne, selon des témoins.

300 Palestiniens blessés
En tout, plus de 300 Palestiniens ont été blessés, dont 23 par des tirs à balles réelles, a indiqué le ministère de la Santé gazaoui.

De son côté, l'armée israélienne a déclaré que certains des 40.000 manifestants avaient jeté des pierres et incendié des pneus. Des grenades et des explosifs ont également été lancés contre la barrière frontalière. Les soldats israéliens ont réagi en prenant des mesures pour dissoudre les émeutiers. "Les armes à feu sont ainsi déployées conformément aux procédures en vigueur", rapporte l'armée.

Manifestations pour la levée du blocus
Depuis le 30 mars 2018, des milliers de Gazaouis manifestent toutes les semaines pour réclamer la levée du strict blocus qu'Israël impose depuis plus de dix ans à Gaza, et le droit de revenir sur les terres qu'eux-mêmes ou leurs parents ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d'Israël en 1948. Les rassemblements donnent quasi systématiquement lieu à des violences.

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France
    Play

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.
  2. “C’est une personne qui me dégoûte”: le nouvel enregistrement de Sala qui accable le FC Nantes
    Play

    “C’est une personne qui me dégoûte”: le nouvel enregistre­ment de Sala qui accable le FC Nantes

    Le 21 janvier dernier, Emiliano Sala disparaissait dans une crash aérien dans la Manche. Cette tragédie a touché plus que le monde du football. Plusieurs mois après, l’Equipe a mené une enquête sur son transfert du FC Nantes vers Cardiff et s’est procuré un enregistrement inédit. Le 6 janvier, 15 jours avant sa disparition, l’Argentin déclarait: “Ils essaient par tous les moyens que j’aille à Cardiff”.