Plein écran
© belga

Michel Daerden: un politique devenu bête de scène

Le décès de Michel Daerden fait la une des quotidiens francophones. Les journaux évoquent la personnalité hors norme de celui qui fut ministre pendant dix-sept ans et l'une des figures emblématiques du PS Liégeois. Un constat revient au fil des éditoriaux: l'homme politique s'est perdu dans un jeu médiatique dangereux qui en a fait une bête de scène.

Plein écran
© belga
Plein écran
© photo_news

"Victime de l'image qu'il a lui-même créée", résume Le Soir qui insiste sur l'ambivalence du personnage: un homme intelligent maîtrisant les chiffres comme peu de ses semblables, un homme populaire et jovial ne se souciant guère de soigner sa relation difficile avec l'alcool. "Force est de reconnaître que, ces derniers temps, ce n'est pas son action politique qui le plaçait bien en vue dans les médias", souligne le quotidien.

Le journal rappelle la disgrâce politique de Michel Daerden au cours des deux dernières années. "Populaire et doué, il avait tout pour être l'homme fort du PS Liégeois dans les gouvernements. Ses frasques et ses relations chaotiques avec les autres clans de sa fédération en ont décidé autrement. Exclu d'un gouvernement Di Rupo trop soucieux de son image en Flandre, mis à la porte de sa commune par son protégé, Michel Daerden se battait toujours. Pour lui, pour son parti. Il méritait une meilleure sortie".

Plein écran
© belga
Plein écran
© photo_news

"Il était son pire ennemi", lance L'Avenir qui voit dans le défunt un "homme d'excès divers et paradoxaux". Le quotidien se montre lui aussi sévère sur la dérive médiatique dans laquelle Michel Daerden s'est laissé entraîner. "Incapable de résister aux sollicitations des médias et des plateaux de télé, l'homme politique fera du Michel Daerden à la Gainsbourg et jouera à la 'papa'. Son plus mauvais répertoire, en somme, qui estompera l'image de l'homme de coeur, le vrai socialiste issu du monde du travail et dont il comprenait si bien les difficultés, les aspirations et les joies".

La Libre préfère chercher l'homme qui se cachait derrière le politicien et le chéri du grand public. "L'animal politique qu'il fut dut composer avec la bête de scène qu'il devint. Et, dimanche soir (...), il fut malaisé, à l'heure d'un premier bilan, de prétendre lequel de ces êtres, responsable ou bouffon, l'emporta sur l'autre". Là encore, c'est le double visage du Liégeois qui revient. "Simplement un homme", souligne le quotidien qui consacre à Michel Daerden un long portrait intitulé... "l'ivresse du pouvoir".

La Dernière heure n'élude quant à elle pas la responsabilité des médias eux-mêmes quand a commencé la "Daerdenmania". "Nous, la presse dans sa quasi-totalité, en avons pleinement abusé. Il était le bon client, celui qui garantissait le succès d'un article ou d'une interview (...). Nous avons sans doute failli à notre tâche de critiques et d'observateurs avisés de la politique pour ne montrer finalement que ce qui nous faisait rire".

"La deuxième mort de Papa", estiment les journaux du groupe SudPresse aux yeux desquels Michel Daerden n'avait pas dit son dernier mot en politique. "Il voulait sa deuxième chance. Il voulait triompher aux élections communes pour donner une leçon à tous ceux qui l'avaient enterré politiquement un peu trop vite".

  1. Dans un petit village d’Ardèche, une fillette disparaît: le coupable est-il vraiment celui qu’on croit?
    Interview

    Dans un petit village d’Ardèche, une fillette disparaît: le coupable est-il vraiment celui qu’on croit?

    2005. Dans un village perché d’Ardèche, la petite Justine, sept ans, disparaît. Rapidement, les habitants s’organisent et lancent des battues dans la nature environnante. Les recherches se prolongent jusque tard dans la nuit mais ce n’est qu’au petit matin que le gendarme Tassi découvre quelque chose... Quinze ans plus tard, alors qu’il la croyait réglée, Tassi, désormais à la retraite, reprend l’enquête. Il va se faire aider d’un jeune auteur spécialisé dans les tueurs en série et de l’avocate de l’homme qu’il a fait enfermer pour le meurtre de la petite Justine. “Fermer les yeux” d’Antoine Renand est un polar qu’on imagine très bien sur grand écran et c’est normal, c’est comme ça qu’il était pensé à l’origine. “Fermer les yeux” était un scénario avant d’être un roman mais la vie étant ce qu’elle est, le projet cinématographique n’a pas abouti. Tant mieux pour ceux qui préfèrent les descriptions écrites des personnages à leur projection sur écran.