Plein écran
© reuters

Mini-Europe bientôt à Braine-l'Alleud ou Courtrai?

Mini-Europe pourrait déménager à Braine-l'Alleud ou Courtrai, a confirmé vendredi le propriétaire Thierry Meeùs après que la formation N-VA de Courtrai a annoncé sa volonté d'accueillir le parc d'attractions. Le Montenegro est également candidat.

Plein écran
© belga
Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters

Mini-Europe et Océade sont priés de quitter le plateau du Heysel, qui est sujet à réaménagement. La décision est connue depuis février. Le propriétaire Thierry Meeùs est donc à la recherche de nouveaux lieux d'accueil pour ses parcs d'attractions.

Dans la journée de vendredi, le porte-parole de la formation N-VA de Courtrai, a confirmé que des discussions avaient été entamées en mai avec Thierry Meeùs pour accueillir l'activité touristique. Il y aurait également de la place pour Océade. Le bourgmestre de Courtrai Stefaan De Clerck (CD&V) souligne qu'il n'exclut pas l'option sous certaines conditions. Selon lui, "le projet doit s'inscrire dans le cadre de l'Eurométrople (NDLR: Lille-Courtrai-Tournai). Car pour la seule ville de Courtrai, ce n'est pas réaliste".

Braine-l'Alleud, où Mini-Europe serait installé au pied de la butte du lion de Waterloo, et le Montenegro sont également candidats. "Toutes les possibilités restent ouvertes", selon T. Meeùs. Au total, Mini-Europe coûterait 18 millions d'euros. "Les maquettes sont déjà faites et le nom et la marque restent. Cela étant, nous devrons peut-être réduire notre échelle en fonction de la capacité d'accueil des sites de Courtrai et de Braine-l'Alleud. Le prix de vente s'élèverait alors à environ 60% du prix initial", conclut le propriétaire.

Plein écran
© reuters
  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.
  2. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.