Plein écran
© belga

MR et l'Open VLD enragent sur le dossier Mini-Europe et Océade

L'opposition libérale de la Ville de Bruxelles a fermement condamné mardi l'attitude de la majorité PS/cdH/sp.a/CD&V/Groen au sujet de l'avenir de l'Océade et de Mini-Europe. Leur opérateur privé redoute d'avoir à fermer définitivement leurs portes en été 2013.

Pour le sénateur MR Alain Courtois, tête de liste libérale au prochain scrutin communal, et les députées-conseillères communales, Marion Lemesre et Els Ampe, la Ville agit comme un "promoteur immobilier sans scrupule".

Les élus libéraux se sont dit "scandalisés" par les propos tenus dans la presse par l'administrateur de Néo, Henri Dinneur, agissant pour le compte du collège de la Ville de Bruxelles. Celui-ci s'est déclaré prêt à intégrer Mini-Europe et même, avec "un sérieux upgrade, à en reprendre le personnel".

L'opposition libérale a dénoncé une nouvelle fois la délégation de pouvoir en cascade du collège au Parc des Expositions et de celui-ci à une Société Anonyme administrée par la majorité pour échapper au contrôle démocratique dans ce dossier.

"Toutes les bornes sont dépassées", s'offusquent les libéraux bruxellois en constatant que cette société anonyme "lance une OPA" sur une entreprise privée qui, depuis plus de 10 ans, a réussi à offrir une attraction touristique et de loisir sans subvention publique.

Pour eux, "tenter de faire passer pour un privilège" la concession d'occupation du sol qui permet à Mini-Europe et à Océade d'attirer chaque année plus de 600.000 visiteurs avec toutes les retombées économiques et de taxes -selon le MR et l'Open VLD, 500.000 euros par an- dont bénéficie Bruxelles "relève d'un mépris inacceptable".

En conséquence, le MR et l'OpenVLD de la Ville de Bruxelles exigent un engagement clair des autorités communales sur la pérennisation de Mini-Europe et d'Océade sur le plateau du Heysel.

Enfin, les libéraux se sont inquiétés du sort réservé par la majorité aux activités sportives sur le plateau. (belga)

  1. Indemnités de sortie faramineuses de Nethys: les informations transmises au juge d'instruction
    Mise à jour

    Indemnités de sortie faramineu­ses de Nethys: le juge d'instruc­ti­on averti

    Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a reçu, mercredi soir, les informations relatives aux indemnités octroyées aux anciens membres du comité de direction de Nethys, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer. Elles ont été transmises dans la foulée au juge d'instruction afin d'être versées au dossier de la procédure judiciaire en cours. Le ministre va proposer, demain au gouvernement wallon de se porter partie civile dans le dossier Enodia-Nethys, a-t-on appris mercredi soir. Selon le journal Le Soir, le total de ces indemnités atteindrait près de 19 millions d’euros, dont 12 millions rien que pour Stéphane Moreau.