Plein écran
© epa

Netanyahu, en campagne, s'affiche avec Trump

D'immenses affiches électorales montrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en campagne pour sa réélection lors des législatives d'avril, en train de serrer la main du président américain Donald Trump, ont été installées dans plusieurs villes israéliennes, a constaté un photographe de l'AFP.

Plein écran
© epa
Plein écran
© afp
Plein écran
© epa
Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters

Surplombant l'autoroute au niveau de Tel-Aviv et de Jérusalem, les affiches montrent les deux hommes tout sourire sous une légende indiquant en hébreu "Netanyahu, une ligue à part". Elles ont fait rapidement le tour des réseaux sociaux.

Capacité d'influence
Le Premier ministre israélien, qui se dit proche de Donald Trump, a déjà mentionné à plusieurs reprises le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem en mai 2018 pour vanter ses capacités d'influence sur l'administration américaine. M. Trump avait annoncé en décembre 2017 la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, une décision qui a ravi les Israéliens mais suscité la colère des Palestiniens et la réprobation de la communauté internationale.

Revendications palestiniennes
Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville conquise en 1967 puis annexée par Israël, comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Israël proclame tout Jérusalem sa capitale "éternelle et indivisible". La communauté internationale juge l'annexion illégale et voit en Jérusalem-Est un territoire occupé.

Bain de sang à Gaza
Le transfert de l'ambassade américaine a coïncidé avec un bain de sang dans la bande de Gaza, théâtre de violents affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens le long de la barrière frontalière. Au moins 62 Palestiniens avaient été tués ce jour-là par des tirs israéliens.

"Ligue à part"
Dans un des clips de campagne diffusé la semaine dernière par le Likoud, le parti de droite de M. Netanyahu, on peut voir le président américain se féliciter de l'ouverture de l'ambassade de son pays à Jérusalem. "Ils disaient que c'était impossible... Netanyahu, une ligue à part", conclut la vidéo sur des images des deux hommes.

Natanyahu favori des sondages
Au pouvoir depuis près de dix ans, M. Netanyahu est selon les sondages le mieux placé pour former une coalition gouvernementale après les législatives anticipées du 9 avril. Mais le Premier ministre est aussi concerné par plusieurs affaires de corruption présumée.

Grande inconnue
L'une des grandes inconnues de la campagne concerne l'impact que pourrait avoir sur l'électorat une possible annonce par le procureur général de son intention d'entendre M. Netanyahu préalablement à son inculpation. Une telle annonce pourrait intervenir en février, selon la presse israélienne.

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.