Plein écran
© ap

"Ni angélisme, ni course aux chiffres, ni stigmatisation"

Le nouveau ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a promis jeudi, lors de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur Claude Guéant, qu'il n'y aurait ni "angélisme", ni "course aux chiffres", ni "stigmatisation".

"Il n'y aura ni angélisme, ni course effrénée aux chiffres, ni stigmatisation de communautés, d'une catégorie par rapport à une autre, notre pays a besoin de tempérance et de mesure, les Français vivent une période difficile", a déclaré le ministre sur le perron de la Place Beauvau.

"Dans cette période, l'ordre républicain", auquel il a fait référence à plusieurs reprises "et le progrès social doivent être parfaitement compatibles, a-t-il ajouté. "La République est partout, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque quartier pour que ses règles et ses principes soient les mêmes pour tous et pour chacun, j'y veillerai", a promis le nouveau ministre.

Il a adressé un "message de confiance à tous les fonctionnaires de police, des préfectures, de la sécurité civile, à tous les militaires de la gendarmerie". Ils ont "une mission essentielle", a-t-il poursuivi. "Je serai un ministre attentif aux conditions dans lesquelles ils réalisent ces missions".

"Pour celui qui n'est pas né en France (ndlr, né en Espagne), qui est devenu Français, qui a appris à aimer ce pays, ses valeurs, sa devise, sa culture, sa langue, son drapeau, devenir ministre de l'Intérieur, cela montre bien que ce pays est un pays un peu à part (dont) il faut souligner davantage la force et les atouts", a souligné Manuel Valls.

Il venait de saluer Claude Guéant: "C'est un jour important pour vous, une page qui se tourne (...) servir la France est un honneur et une fierté". Visiblement ému de quitter un ministère dans lequel, a-t-il dit, "j'ai donné l'essentiel de ma vie professionnelle", Claude Guéant a adressé ses "voeux de succès" à Manuel Valls, et rendu hommage aux personnels de ce ministère, dont il a notamment salué "la loyauté".

Les deux hommes s'étaient entretenus auparavant une vingtaine de minutes dans le bureau ministériel, pendant que le nouveau directeur de cabinet, Jean Daubigny, faisait de même avec son prédécesseur, Stéphane Bouillon. Le ministre sortant avait également présenté à son successeur les responsables des différents services de l'Intérieur.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé mercredi après-midi que M. Valls recevrait Place Beauvau, avant le conseil des ministres, Christine Taubira, la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, et Delphine Batho, sa ministre déléguée, "pour une brève rencontre".