Plein écran
Carlos Ghosn © reuters

Nissan réclame 8 millions d'euros qui auraient été versés à Ghosn

Le groupe automobile japonais Nissan a annoncé vendredi vouloir récupérer la somme de près de 8 millions d'euros qui aurait été indûment versée à son ex-patron Carlos Ghosn par une filiale établie aux Pays-Bas avec son compatriote Mitsubishi Motors (NMBV).

Selon l'enquête menée en interne par les deux compagnies, le dirigeant "a reçu une rémunération totale de 7.822.206,12 d'euros (taxes comprises)" dans ce cadre, écrit Nissan dans un communiqué, confirmant des informations données la semaine dernière par une source proche du dossier.

"Il s'est signé un contrat sans discuter avec les autres membres du conseil d'administration de NMBV que sont le PDG de Nissan Hiroto Saikawa et le PDG de Mitsubishi Motors Osamu Masuko. Ils n'ont pour leur part touché aucun revenu", affirme le constructeur.

"Une faute" de Carlos Ghosn
Le secrétariat de Nissan en était la seule autre partie informée, selon la source proche déjà citée. Considérant qu'il s'agit là "d'une faute" de M. Ghosn, Nissan dit "réfléchir aux moyens de récupérer cette somme" auprès du magnat de l'automobile, via un dépôt de plainte, précise une personne au fait des investigations.

La co-entreprise NMBV, détenue à parité par Nissan et Mitsubishi Motors, avait été fondée en juin 2017 "avec pour mission l'exploration et la promotion de synergies au sein du partenariat".

Le constructeur, qui a commencé à enquêter à l'été 2018 après le signalement d'un ou plusieurs lanceurs d'alerte, a ensuite transmis à l'automne les informations au parquet de Tokyo, ce qui a abouti à l'interpellation surprise de Carlos Ghosn le 19 novembre.

Depuis, le bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan, qui se dit "faussement accusé", séjourne en prison.

M. Ghosn, 64 ans, a été mis en examen pour minoration de revenus dans des rapports de Nissan remis aux autorités boursières, ainsi que pour abus de confiance.

  1. Reprise des traitements de Vincent Lambert: “Du sadisme pur”
    Mise à jour

    Les parents de Vincent Lambert obtiennent la reprise des soins en appel: “Du sadisme pur”

    La cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements visant à le maintenir en vie, interrompus depuis lundi matin, jusqu’à ce qu’un comité de l’ONU se prononce sur le fond de son dossier. Les avocats des parents du Français Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des soins.