Plein écran
© afp

"Nous deviendrons le cheval de Troie au sein de l'UE"

BrexitC'est la stratégie du cheval de Troie: des Brexiters comptent se faire élire aux élections européennes si elles ont lieu au Royaume-Uni en mai pour siéger au Parlement européen et saboter, de l'intérieur, son travail.

L'image, évoquée par le député conservateur europhobe Mark Francois, renvoie à la ruse de guerre du Grec Ulysse, qui parvint à prendre la ville de Troie après s'y être introduit, accompagné d'autres guerriers, caché dans un grand cheval de bois présenté comme un cadeau aux Troyens.

"Si nous restons dans l'UE contre notre volonté, démocratiquement exprimée, parce que certains dans l'UE espèrent que nous changerons d'avis... Ils vont le regretter", a déclaré mardi Mark Francois lors d'une conférence de partisans du Brexit, à Londres, trois ans environ après le référendum de juin 2016 ayant décidé de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Ils vont le regretter
"Nous deviendrons le cheval de Troie au sein de l'UE et ferons échouer leurs tentatives de poursuivre un projet plus fédéraliste" pour l'Union, a asséné Mark Francois, alors que les dirigeants européens examinent mercredi une demande britannique de repousser le Brexit au 30 juin.

Ce délai, réclamé par la Première ministre Theresa May après trois rejets par les députés du plan de sortie de l'UE qu'elle a conclu avec Bruxelles, implique que le Royaume-Uni participe aux élections européennes le 23 mai. Même si le gouvernement britannique a assuré vouloir quitter l'UE avec un accord avant le 22 mai, ce qui lui permettrait d'annuler ce scrutin.

Mais pour Mark Francois, les 27 "doivent garder à l'esprit toutes ces vérités dérangeantes" avant de prendre leur décision sur le report, a-t-il prévenu.

Vérités dérangeantes
Ces "vérités dérangeantes" ont d'abord été pointées par Jacob Rees-Mogg, autre député conservateur farouchement opposé à l'accord de Theresa May. "Si un long délai nous coince dans l'UE, nous devons être impossibles", a-t-il twitté vendredi alors que Mme May venait d'écrire au président du Conseil européen Donald Tusk pour demander un report et éviter une sortie sans accord le 12 avril.

Guy Verhofstadt, référent sur le Brexit au Parlement européen, a retwitté ses propos, en alertant : "Ceux qui seraient tentés d'étendre encore la saga du Brexit, je peux seulement (vous) dire, faites attention à ce que vous voulez".

"Je n'aurais pas mieux dit", a gloussé M. François.

  1. “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    La photo des corps inertes d’Oscar Alberto Martinez Ramirez, un migrant salvadorien de 26 ans, et de sa petite fille Valeria, 23 mois, gisant le long des rives du Rio Grande, bouleverse le monde entier. Emportés par le courant, ce père de famille et sa fillette se sont noyés en voulant traverser le fleuve qui sépare les Etats-Unis du Mexique. Ils aspiraient à une vie meilleure et voulaient vivre le rêve américain. “Ils sont morts dans les bras l’un de l’autre”, témoigne la maman d’Oscar, anéantie.