Plein écran
Peter De Roover, chef de groupe N-VA à la Chamnbre. © belga

"Nous ne voulons pas que personne n'aille à Marrakech, nous voulons la clarté"

"Notre position n'est pas que personne n'aille à Marrakech, mais bien que quelqu'un y dise explicitement que nous n'approuvons pas le Pacte" des Nations unies sur les migrations, a commenté le chef de groupe N-VA Peter De Roover jeudi sur Radio 1 (VRT).

"Je pars du principe que le Premier ministre sera clair tantôt à la Chambre", lors du débat sur la proposition de résolution soutenant l'approbation par la Belgique du texte onusien, que la N-VA est la seule formation à refuser au sein du gouvernement Michel, et qui est soutenue par une majorité de rechange.

"Si le Premier ministre est ambigu" sur l'absence de soutien du gouvernement à ce Pacte, "alors je pense que cela figurera en haut de l'agenda demain (vendredi) au conseil des ministres", a ajouté M. De Roover.

Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) s'est lui aussi exprimé brièvement sur la crise. "Je pense que le Premier ministre recevra de notre parti cet après-midi tout le soutien qu'il mérite dans ce combat que nous menons ensemble. On y verra plus clair ce soir", a-t-il dit sur Radio 1.

Le ministre a rappelé que sous cette législature, le CD&V a déjà été contourné deux fois par une majorité de rechange au parlement, sur la loi avortement et sur l'euthanasie pour enfants. "Nous pouvons donc de temps en temps vivre avec une majorité composée d'autres partis, si cela peut servir l'intérêt du pays et que les divergences d'opinion ne sont pas insurmontables. A ces moments-là, ce n'était pas pour nous une raison de quitter le gouvernement."

  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.