Plein écran
© afp

"On n'est pas sûr de pouvoir enrayer la propagation au beffroi nord"

UpdateLe sauvetage de la cathédrale Notre-Dame, en proie à un violent incendie depuis le début de soirée lundi, "n'est pas acquis" malgré la mobilisation de quelque 400 pompiers et l'utilisation de 18 lances à eau, a indiqué le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez. "On n'est pas sûr de pouvoir enrayer la propagation au beffroi nord. Si celui-ci s'effondre, je vous laisse imaginer l'ampleur des dégâts", a déclaré à ses côtés le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Plein écran
© afp
Plein écran
© photo_news

"Au moment où on se parle (21h40, ndlr) l'incendie n'est pas circonscrit", a déclaré Laurent Nuñez. "Les sapeurs-pompiers attaquent cet incendie avec 18 lances à incendie, depuis l'extérieur mais aussi depuis l'intérieur, pour tenter de sauver cet édifice, ce qui à l'heure actuelle n'est pas acquis".

Un violent incendie, dont les origines sont encore inconnues, s'est déclaré peu avant 19H00 dans la mythique cathédrale parisienne, dont la flèche s'est effondrée.

"Le feu intéresse les deux-tiers de la toiture, qui s'est effondrée, ainsi que la flèche. Actuellement la manoeuvre vise à préserver l'arrière de la cathédrale, où sont situées les oeuvres les plus précieuses, que nous sommes en train d'évacuer. Les oeuvres les plus précieuses ont été mises à l'abri", a déclaré le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, également présent sur place.

"La seconde manoeuvre concerne le beffroi nord, avec le risque d'effondrement des bourdons (cloches à son grave, ndlr). Si les bourdons s'effondrent c'est l'effondrement de cette tour", a-t-il ajouté.

"On n'est pas sûr de pouvoir enrayer la propagation au beffroi nord. Si celui-ci s'effondre, je vous laisse imaginer l'ampleur des dégâts", a-t-il poursuivi.

Des drones survolent le bâtiment
Par la porte principale, dans la nef plongée dans l'ombre, on voyait des braises rougeoyantes chuter au sol. Les pompiers ont envoyé des drones survoler le monument et un robot est entré à l'intérieur, a constaté un journaliste de l'AFP. Le parvis était vide, bouclé par des camions de pompiers tout autour. Une grand échelle a été dressée devant la rosace, selon la même source.

Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
Plein écran
© photo_news

Une partie de l'île de la cité a été évacuée
"Je n'arrive pas à y croire, j'ai envie de pleurer, tout le toit brûle", a déclaré à l'AFP Nathalie, 50 ans, une Française expatriée à Londres. Une partie de l'île de la cité a été évacuée, dont les urgences de l'hôtel-Dieu, voisin de la cathédrale, a expliqué un médecin sur place.

L'incendie, qui s'est propagée extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers, évoquant "un feu difficile". Il semble être parti au niveau d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice, construit entre le XIIe et le XIVe siècle.

Le feu s'est déclaré aux alentours de 18H50. "Il faut voir si la voûte, qui protège la cathédrale, va être touchée ou pas", a-t-il ajouté, "les objets sacrés sont préservés dans la sacristie, normalement il n'y a pas de risque que des choses soient brûlées", a indiqué à l'AFP André Finot, le porte-parole de Notre-Dame

"Un haut-lieu de la foi catholique est en train de brûler", a déploré auprès de l'AFP le porte-parole des évêques de France. "Mes collègues vont sans doute privilégier d'aller à l'intérieur mais le but est de ne pas perdre des hommes", a indiqué à l'AFP un pompier. Il existe aussi la possibilité d'"utiliser des grandes échelles avec des bras élévateurs articulés, avec une nacelle au bout", a-t-il ajouté. Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les causes d'un sinistre qui a semé la stupeur dans la capitale.

"Notre Dame is on fire?!"
Le long des quais et sur les ponts qui mènent à l'île de la cité, une foule de badauds est arrêtée et prend des photos, de l'immense panache de fumée. "Notre Dame is on fire?!" ("Notre Dame est en feu ?") interroge incrédule une touriste japonaise. "J'espère que c'est pas un attentat", ajoute quelqu'un d'autre en français.

La flèche de la cathédrale qui s'est effondrée était dressée sur les quatre piliers du transept. Elle était un des symboles de la capitale française.

Plein écran
© afp