Plein écran
© 7sur7

Oubliez l'automne, la Brussels Cocktail Week vous tend les bras

Pour la seconde fois, Bruxelles lance sa cocktail week à l'instar de grandes villes festives comme Londres, Amsterdam ou Paris. Cet événement fait de Bruxelles la capitale de la "mixologie" durant sept jours, du 23 au 29 septembre. L'occasion de faire une infidélité à son habituel gin tonic ou à l'Aperol Spritz qui nous a accompagnés tout l'été. C'est la fête!

Les meilleurs bartenders d'Europe, des créations inédites, des prix légers: la Brussels Cocktail Week a tout pour vous faire oublier la pluie et les feuilles qui tombent. Ce ne sont pas moins de 25 bars et restaurants qui sont de la partie afin de dérouter vos papilles avec des associations surprenantes et des combinaisons parfaites pour que les cocktails détrônent exceptionnellement le vin à table. 

Ce festival du cocktail s'ouvrait ce soir en grande pompe à l'hôtel Marivaux mais si vous n'étiez pas de la partie, vous avez encore tout le temps de rattraper votre retard...

Où?
Si vous voulez faire l'impasse sur le resto, la Cocktail Week sera conjugée à toutes les sauces dans des bars aux ambiances très différentes: LIB - Life is Beautiful, Vertigo, Chemistry & Botanic's, Cipiace, The Modern Alchemist, Stoefer, Green Lab, Alice Cocktail Bar, Odette en Ville, Kokob, Cocina, Hortense & Humus ou De Haus. D'Ixelles à Bruxelles-Ville, il y en a pour tous les goûts, qu'on préfère le cocktail seul ou accompagné de tapas, l'ambiance du Châtelain, de Flagey, du centre ou du canal. Mais bien d'autres lieux feront la part belle à des bartenders d'exception venus de Gand, Knokke, Amsterdam, Londres ou Paris. Retrouvez la carte des rendez-vous et des lieux participants sous l'articel ou sur la page Facebook de l'événement

Focus sur le Stoefer

Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7
Plein écran
© 7sur7

Impossible de parler cocktail sans parler du Stoefer, bruissant bar à cocktails très prisé au Châtelain où Olga, maîtresse de maison bienveillante et souriante, semble faire une confiance absolue à ses poulains, Valentin et Boup, qui font le show pour les très nombreux clients. 

Boup n'est pas un petit nouveau, il est passé chez Cipiace avant de venir gonfler de ses talents et de son expérience l'équipe du Stoefer. Vif et concentré, le regarder mixer est un spectacle. Après avoir travaillé sa passion pour l'Horeca dans un restaurant gastronomique à Durbuy, Valentin a quant à lui croisé le chemin d'un bartender passionné qui lui a tout appris. Il a suivi une formation à Barcelone pour affiner ses connaissances et il laisse désormais libre cours à son imagination et son feeling derrière le bar bien fourni du Stoefer.  

La rencontre et la découverte
Pourquoi alors participer à la Brussels Cocktail Week quand on est dans un bar déjà si fréquenté? "Pour se faire connaître et pour le défi, les rencontres. On connaît déjà notre métier, mais découvrir le travail des autres, c'est super agréable. Il y a des barmans qui viennent de loin et il y en a encore que je rêve de rencontrer. Cela vaut vraiment la peine d'aller les voir", conseille Valentin. Sur la carte du vendredi: les grands classiques, une foule de gins, de rhums et de whiskys, bien sûr, mais aussi quelques créations du Stoefer. En semaine, une carte spéciale et plus complète joue étroitement avec la musique et, moins sollicités, les barmans ont plus de temps pour l'improvisation et les cocktails qui demandent plus de travail. En plus de cela, les deux incontournables cocktails "signature" élaborés avec soin par Valentin et Boup. Ce sont ceux que le Stoefer met à l'honneur durant toute la Cocktail Week. 

Ice ice baby
Banco pour les cocktails signature. Valentin sort le grand jeu. Les bouteilles virevoltent dans les airs, les eaux de fruits infusées sortent de jolis flacons, et de curieuses fioles giclent des élixirs de plantes et d'épices sirupeux. Le Bobby McFerrin aka "Don't Worry Be Happy" ravira les fans de goûts épicés. Composé du rhum Appleton, de Maraschino, d'ananas, de citron vert, de Falernum et de cannelle, il contient des notes de clous de girofle et de quatre-épices. Délicieux et très branché cannelle, il sera cependant, pour les amateurs de fraîcheur et de fruits, surpassé par le bien nommé Vanilla Ice - "Ice Ice Baby" (les barmans sont fans de musique) composé de gin Hendrick's, de Rooibos Vanilla, de Cointreau, de citron vert, jus de passion, concombre et bitter. Don't Worry Be Happy... but don't be Bob non plus, on ne fait pas ici dans le dilué. 

La groupie du barman
Mais d'ailleurs, qu'est-ce qui fait un bon barman? "Un bon barman se démarque par son originalité. C'est ça qui change tout. N'importe qui peut apprendre les classiques en retenant par coeur et en suivant la recette mais le bon bartender va apporter un peu de folie, une touche d'épice, un quelque chose de plus. C'est la passion qui fait tout", répond Valentin du tac au tac. Et de passion, ces jeunes gens ne manquent pas. L'envie et la flamme les habitent, on voit à leur prestance et leur doigté que chaque geste est fièrement maîtrisé et que durant la Cocktail Week, la fête est derrière le bar. Même si leur sérieux et leur efficacité, sans relâche un vendredi, sont impressionnants. 

Old Fashioned, l'indémodable
Et le cocktail préféré du barman, c'est quoi? "D'office quelque chose de plus pur. Ce sera pareil chez tous les barmen, vous remarquerez qu'ils ne vont jamais pencher pour des mix à base de jus de fruits. C'est normal, on a du plaisir à connaître chaque alcool et l'apprécier tel quel. Moi ce qui me plaît, c'est un Old Fashioned, à base de whisky, de sucre et de bitters, et donc un Sazerac me parle beaucoup aussi (N.D.L.R. variante du Old Fashioned: rye whisky, absinthe, sucre et bitters). Ça, c'est le top". 

Bartender Challenge, on dit oui
Et comme on veut bien vérifier si le barman ne s'est pas réussi sur un coup de chance, on lui parle un peu de ses préférences et le laisse officier pour une deuxième tournée. C'est ce qu'ils appellent ici le "Bartender Challenge", idéal pour ceux qui n'aiment pas déchiffrer la carte et craignent l'écoeurement ou une épice en particulier. Rapidement, la magie opère. Valentin allie en paralèle le gin, l'eau de pomme (le truc du bartender pour avoir un cocktail beaucoup moins trouble: faire infuser des tranches de pommes avec du sucre dans un bocal hermétique et en récupérer l'extrait subtil et frais de la pomme, un régal), de la poire, du Cointreau puis fait danser les fioles et claquer les shakers. Le plus intéressant, c'est de le voir goûter, douter, ajuster, confirmer. Au final, deux différentes coupes de bonheur simultanées, aux saveurs juste à point. La preuve que l'inspiration de l'instant fait des merveilles. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, Dieu créa Uber, les Collecto et les taxis. Ouf.