"Parano", Fayçal Cheffou "voyait le mal partout"

VideoQui était Fayçal Cheffou, l'homme soupçonné d'avoir participé aux attentats de Bruxelles? RTL-Tvi a récolté le témoignage de Vinz Kanté. L'animateur de Fun Radio a côtoyé à plusieurs reprises le terroriste présumé.

Plein écran
© epa

Fayçal Cheffou se décrit comme "journaliste indépendant", ce qui l'a amené à côtoyer certaines personnalités du monde de la télé et de la radio, dont Vinz Kanté, l'animateur de Fun Radio.

Ce dernier s'est confié au micro de RTL Info. Il décrit un homme aux antipodes du stéréotype du terroriste. "Passionné, intelligent, à l'écoute des gens, très diplomate aussi, c'était quelqu'un qui ne se prenait pas la tête, il essayait toujours d'arranger des situations. Et quand je dis passionné c'est qu'il aimait ça, il aimait la presse, la télévision, les médias."

Mais son comportement a fini par changer peu à peu. "Malheureusement, il est tombé dans un délire de vidéos YouTube, les fameuses vidéos qui ne citent aucun droit, qui ne citent aucune source, qui ne disent absolument rien. Genre de théorie du complot, illuminati, Rockfeller, il est vraiment tombé dans un délire comme ça où tout d'un coup il voyait le mal partout."

"Quelqu'un de parano"
C'est peut-être à partir de là que le basculement s'est opéré. Fayçal Cheffou était connu des services de police parce qu'il avait tenté de recruter des réfugiés au parc Maximilien il y a quelques mois. "Dans tout le parc, tout le monde savait qu'il y avait un problème entre Fayçal et la plate-forme citoyenne", décrit un témoin à Bel RTL. "Il disait qu'ils étaient des collabos avec l'office des étrangers, qu'ils avaient un contact direct avec la police. C'était quelqu'un de parano."

Plein écran
© afp
  1. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.