getty
Plein écran
© getty

Pas si simple que ça pour Halep

  1. Le risque transmission entre humains de la variole du singe est “très faible”

    Le risque transmissi­on entre humains de la variole du singe est “très faible”

    La transmission de la variole du singe “peut être stoppée dans les pays non endémiques”, a affirmé lundi une haute responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le risque de contagion de la variole du singe est “très faible” dans la population en général mais “élevé” chez les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels, a estimé lundi l’agence de l’Union européenne chargée des maladies.