Plein écran
© afp

Pédophilie: le pape reconnaît que l'Eglise "n'a pas su écouter"

Le pape François a reconnu samedi au Panama que l'Eglise catholique, "blessée par son péché", "n'a pas su écouter", dans un message adressé à des prêtres et des séminaristes au milieu des scandales d'agressions sexuelles qui éclaboussent l'institution.

Lors d'une messe célébrée en la cathédrale Sainte-Marie, joyau de l'architecture religieuse coloniale récemment rénové, François a tiré la sonnette d'alarme à propos d'une "lassitude de l'espérance qui naît du constat d'une Eglise blessée par son péché et qui si souvent n'a pas su écouter tant de cris". Ce message intervient à quelques semaines d'une réunion mondiale de prélats très attendue sur "la protection des mineurs" au sein de l'Église. Elle doit avoir lieu fin février au Vatican.

Lors d'une conférence de presse la veille, le porte-parole par intérim du Vatican, Alessandro Gisotti, a assuré que ce thème était "au coeur des préoccupations" du souverain pontife. La réunion de février à Rome sera "une occasion sans précédent d'affronter le problème et de trouver de vraies mesures concrètes pour que, lorsque les évêques repartiront de Rome vers leurs diocèses, ils soient en mesure de faire face à ce terrible fléau", a poursuivi le responsable du Vatican. "Ce n'est pas le début de la bataille, c'est un chemin de croix. Probablement le pire que l'on puisse imaginer. Comme cela a été dit par le pape Benoît XVI et désormais par le pape François. On comprend donc qu'il y a une pression terrible" sur l'Eglise, a-t-il conclu.

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.