Plein écran
© belga

Plus d'un millier de jeunes pour le climat à Liège, environ 500 à Bruxelles

VideoPlus d'un millier de jeunes se sont rassemblés jeudi sur l'esplanade des Guillemins à Liège pour prendre part à la marche nationale pour le climat.

Plein écran
© belga

Le rassemblement était prévu à 13h00. Peu avant que le cortège ne s'élance vers le boulevard d'Avroy, on pouvait estimer à plus d'un millier le nombre de manifestants. Des étudiants flamands se sont joints aux Liégeois, qui pouvaient également compter sur le renfort de quelques "gilets jaunes" et d'un groupe de personnes plus âgées venues défendre un avenir meilleur pour leurs petits-enfants.

"Nous voici à nouveau dans la rue pour exiger des politiques le vote d'une loi climat. C'est aujourd'hui qu'il faut bouger. Maintenant! Tout de suite! Et non après le 26 mai", a souligné une représentante du mouvement Youth For Climate liégeois.

"Les politiques ne nous ont pas compris"
"Après onze manifestations ayant rassemblé des milliers de jeunes, les politiques doivent savoir que le mouvement n'est pas près de s'arrêter. Il va même s'intensifier si la loi climat n'est pas votée d'ici un mois. C'est de notre vie à tous dont il s'agit! Alors faites votre travail et légalisez nos chances de survie", a-t-elle ajouté, s'adressant ainsi aux politiques du pays.

Adelaïde Charlier, porte-parole francophone du mouvement national Youth for Climate, a également participé à la marche. "Les politiques ne nous ont pas compris. La seule possibilité pour notre planète était de faire passer cette loi climat et ils ne l'ont pas fait. Nous sommes très déçus mais nous ne relâcherons pas la pression. Elle sera, au contraire, encore plus forte. On va poursuivre d'autant plus la mobilisation jusqu'au jour des élections le 26 mai prochain", a-t-elle déclaré.

Plein écran
© belga

Un millier de jeunes à Wavre, la ville de Charles Michel
Un millier d'élèves, selon la police, ont commencé à marcher jeudi peu après 13h00 dans les rues de Wavre, la ville du Premier ministre Charles Michel. Ce sont les élèves de l'école de Basse-Wavre qui ont pris l'initiative de contacter les autorités locales afin d'organiser la marche.

La marche est partie de la place Alphonse Bosch, dans le centre de Wavre, pour suivre un parcours balisé dans le centre-ville, sans entraver la circulation routière dans les rues principales.

Les organisateurs ont rappelé publiquement, avant le départ, l'urgence de prendre des mesures radicales pour lutter contre le dérèglement climatique et ont appelé le monde politique à l'action.

"Nous courons à la catastrophe et les générations précédentes ont agi de manière irresponsable", a affirmé l'une des intervenantes.

En fin de manifestation, une délégation composée d'élèves de plusieurs écoles de Wavre doivent rencontrer le bourgmestre Françoise Pigeolet. "Nous avons élaboré une liste de revendications que nous allons défendre. Dans la déclaration de politique communale, il est beaucoup question d'écologie mais nous voulons demander à la bourgmestre ce qui sera concrètement réalisé, quelles mesures seront mises en place, notamment pour le "zéro déchet" qui est mentionné dans cette déclaration, et pour la sensibilisation des citoyens", expliquent Clémence Piette et Nathan Gadisseux, deux élèves de rhéto de l'école de Basse-Wavre.

500 élèves et étudiants à Bruxelles
Quelque 500 élèves de secondaire et étudiants du supérieur ont manifesté ce jeudi dans les rues de Bruxelles pour le climat, selon les chiffres de la police.

Munis de leurs traditionnelles pancartes et banderoles, les jeunes ont manifesté sur le parcours habituel, qui rejoint la Gare du Midi au départ de la Gare du Nord.

La semaine dernière, l'appel à la grève mondiale pour le climat, lancé par la militante suédoise Greta Thunberg, avait drainé entre 30.000 et 35.000 personnes à Bruxelles.

600 élèves à Saint-Georges-sur-Meuse
Quelque 600 élèves provenant de deux écoles de Saint-Georges-sur-Meuse (province de Liège) ont marché jeudi matin pour le climat dans les rues de leur commune, selon les chiffres communiqués par la police. Partis vers 09h30, les élèves de l'Athénée, de la 3ème primaire à la 6ème secondaire, ont été rejoints un peu après 10h30 par les classes de primaire de Don Bosco.

200 jeunes à Anvers
A Anvers, environ 200 jeunes de Students for Climate et Youth for Climate ont manifesté. s'agissait de la 8e action de ce type dans la métropole anveroise. La participation était un peu moins importante que précédemment. "Vous êtes les irréductibles des actions climatiques", ont lancé les organisateurs aux participants.

Les jeunes entendent manifester tous les jeudis jusqu'aux élections du 26 mai afin de réclamer des politiques climatiques ambitieuses.

Plein écran
© epa
  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.