Plein écran
© photo_news

Policiers poignardés à Schaerbeek: la qualification de terrorisme abandonnée?

D'après les quotidiens la Dernière Heure et la Capitale, le parquet fédéral se dirigerait vers une demande le non-lieu des frères Hicham et Aboubaker Diop pour participation aux activités d'un groupe terroriste dans le cadre de l'agression au couteau commise à l'encontre de deux policiers, le 5 octobre 2016 à Schaerbeek. Contacté par Belga, le parquet fédéral n'a pas souhaité commenter l'information mais a précisé que la chambre du conseil devant laquelle les deux frères devaient comparaitre ce jeudi, a été reportée au 20 avril prochain.

Selon les quotidiens la Capitale et la Dernière Heure, le parquet fédéral envisagerait une demande de renvoi devant le tribunal correctionnel d'Hicham Diop, l'homme soupçonné d'avoir poignardé les deux policiers, pour tentatives d'assassinant, coups et blessures volontaires ainsi que rébellion et port d'armes prohibées. Concernant son frère Aboubaker Diop qui était uniquement inculpé pour participation aux activités d'un groupe terroriste, le parquet demande le non-lieu total.

Pour rappel, Hicham Diop, un ex-militaire de 43 ans, avait agressé mercredi 5 octobre 2016 à Schaerbeek deux policiers à l'aide d'un couteau. L'un avait été blessé au cou et l'autre dans la région abdominale, sans que leurs jours ne soient en danger. Hicham Diop avait ensuite été maîtrisé par une patrouille de police qui lui avait tiré dans la jambe. Il a également blessé l'officier de police qui l'a neutralisé en lui cassant le nez.

Pour sa défense, l'homme avait indiqué que l'attaque sur les policiers n'était pas un acte terroriste. Elle était, selon ses avocats, à lier à des faits remontant à 2011, lorsqu'il avait été renversé par un véhicule de la police fédérale. Hicham Diop n'avait pas émis de revendication lors de l'agression mais avait tenu des propos liés au terrorisme pendant son interrogatoire à la police. Il est par ailleurs déjà connu des services de sécurité pour ses contacts avec des extrémistes musulmans.

Des noms de magistrats et de policiers dans l'appartement d'Aboubaker Diop
Lors de son audition, Hicham Diop avait affirmé à la police que "son frère était également un combattant", déclarations qui ont entrainé l'interpellation d'Aboubaker Diop dans la foulée. Dans l'appartement de ce dernier, les enquêteurs avaient trouvé une série de documents où étaient mentionnés des noms de magistrats et de policiers. Cette découverte était, selon sa défense, le motif de son inculpation.

D'après sa défense, Aboubaker Diop n'est en rien impliqué dans l'agression de Schaerbeek. Il était en dispute avec son frère depuis des années et les deux hommes n'entretenaient plus de contacts. Quant à la liste comportant les noms, elle avait trait, d'après les avocats d'Aboubaker Diop, à des policiers et magistrats qui sont intervenus dans un autre dossier à l'encontre des deux frères et dans lequel ils ont été inculpés en 2011 pour coups sur un agent de sécurité de Kinepolis. Dans ces documents, il était également question d'infiltration et d'exfiltration mais il s'agit d'un problème familial au Sénégal qui remonte lui aussi à plusieurs années, avait encore précisé la défense.