Plein écran
© ap

Pour l'Iran, les Etats-Unis se comportent comme des voyous

Le déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem le jour du 70e anniversaire de la création de l'état d'Israël a embrasé la bande de Gaza. Pas moins de 52 Palestiniens y ont été tués par des soldats israéliens. Pour l'Iran, déjà sous tension avec Israël, il s'agit du dernier clou planté dans le cercueil de tout espoir de négociation.

Le 70e anniversaire de la création d'Israël a été émaillé d'incidents mortels dans la bande de Gaza. Le déménagement de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem a durci un mouvement de protestation massif actif depuis le 30 mars. Ce lundi, 52 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza par des tirs israéliens.

Ce déménagement, survenu quelques jours après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien est perçu par l'Iran comme une marque de soutien à Israël, l'ennemi juré. "Cela va assurément créer des tensions", a déploré l'ex-diplomate iranien Mohamad Djamshidi sur Franceinfo.

"Les Etats-Unis avaient l'habitude de jouer les modérateurs dans la région. Ils agissent maintenant comme des voyous et sont devenus le premier soutien d'Israël". Depuis l'élection de Donald Trump, les deux pays semblent faire cause commune et le déménagement de l'ambassade américaine dans la Ville Sainte renforce l'animosité de l'Iran pour qui Jérusalem est la capitale de la Palestine.

"Le déménagement de l'ambassade américaine, c'est le coup de grâce, le dernier clou dans le cercueil, la fin de toute négociation", a, de son côté, commenté Hossein Kanani, responsable politique iranien qualifié de conservateur. "Trump veut combattre les pays du Moyen-Orient, en particulier l'Iran. Il n'y a pas de feuille de route dans cette région pour la négociation et la paix".

Ce dernier craint un embrasement dans la région même si, comme le précise Franceinfo, les autorités iraniennes jouent l'apaisement et veulent éviter d'embraser la situation. Du moins, officiellement.

  1. Indemnités de sortie faramineuses de Nethys: les informations transmises au juge d'instruction
    Mise à jour

    Indemnités de sortie faramineu­ses de Nethys: le juge d'instruc­ti­on averti

    Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a reçu, mercredi soir, les informations relatives aux indemnités octroyées aux anciens membres du comité de direction de Nethys, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer. Elles ont été transmises dans la foulée au juge d'instruction afin d'être versées au dossier de la procédure judiciaire en cours. Le ministre va proposer, demain au gouvernement wallon de se porter partie civile dans le dossier Enodia-Nethys, a-t-on appris mercredi soir. Selon le journal Le Soir, le total de ces indemnités atteindrait près de 19 millions d’euros, dont 12 millions rien que pour Stéphane Moreau.