Plein écran
© belga

Pourquoi le CSA ne veut pas que BFMTV diffuse la finale de la Ligue des Champions

Le CSA a écrit en avril à BFMTV pour la prévenir que diffuser la finale de la Ligue des champions serait contraire à ses obligations, mais la chaîne pourrait passer outre à cet avertissement et la retransmettre tout de même, a-t-on appris jeudi.

Début mars, la chaîne d'info avait annoncé qu'elle diffuserait en clair la finale, qui se déroulera samedi 1er juin à Madrid, grâce à un accord avec RMC Sport (autre média du groupe Altice), qui diffusera parallèlement la rencontre à ses abonnés.

Une diffusion qui constituerait une grande première pour BFMTV, avec une affiche alléchante. Cette finale opposera les équipes anglaises de Tottenham et Liverpool. Elle fait partie des événements sportifs dits majeurs, qui doivent être obligatoirement diffusés sur une chaîne en clair. Mais le CSA, qui avait été saisi par les groupes France Télévisions, TF1, M6 et Canal+, a prévenu dans un courrier adressé début avril à BFMTV qu'une diffusion du match serait contraire à la convention signée par la chaîne d'info.

"Nécessité d'information"
Cette convention limite en effet les programmes qu'elle est en droit de diffuser à l'information et à la rediffusion durant les weekends d'"événements d'anthologie du sport", ce qui exclut en principe les rencontres en direct. Interrogés par l'AFP, RMC Sport et BFMTV n'ont fait aucun commentaire. Cependant, selon des sources proches du dossier, la direction de BFMTV a contesté cette analyse du CSA.

Dans sa réponse au gendarme de l'audiovisuel, émise fin avril et dont l'AFP s'est procuré une copie, BFMTV estime que la finale de la Ligue des champions constituera un "événement majeur de l'actualité sportive" et qu'à ce titre la diffuser répondra à la "nécessité d'information du grand public", conformément à ses obligations. 

  1. Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Nadine W., 48 ans, risque deux mois de prison et une amende d’au moins 3.200 euros pour délit de grivèlerie le 28 avril dernier. Elle avait alors commandé une assiette de croquettes au fromage et un café pour une dizaine d’euros à la Casa Nostre, à La Panne, avant de quitter l’établissement sans régler la note. La femme n’en est pas à son coup d’essai. Elle est en effet connue des restaurateurs depuis des mois comme “le cauchemar de l’Horeca sur la côte”.