Plein écran
Le président russe Vladimir Poutine. © reuters

Poutine évoque une "citoyenneté commune" entre la Russie et l'Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a évoqué lundi la possibilité d'une "citoyenneté commune" entre la Russie et l'Ukraine, quelques jours après avoir irrité Kiev en proposant la distribution accélérée de passeports russes aux Ukrainiens.

"Si en Ukraine on commence à distribuer des passeports aux Russes et qu'en Russie nous en distribuons aux Ukrainiens, alors, tôt ou tard, nous arriverons au résultat attendu: tous auront la même citoyenneté", a-t-il déclaré après une cérémonie à Moscou. "Cela devra être salué", a ajouté le chef du Kremlin, avant de dire "au revoir" en ukrainien.

Ces déclarations interviennent alors que les observateurs suivent attentivement l'évolution des relations entre Moscou et Kiev après l'élection en Ukraine du comédien Volodymyr Zelensky, débutant en politique, au poste de président.

Au lieu de féliciter M. Zelensky, Vladimir Poutine a signé la semaine dernière un décret facilitant l'obtention de la citoyenneté russe pour les habitants des régions séparatistes de l'Est de l'Ukraine. Samedi, il a indiqué qu'il envisageait d'étendre cette offre à tous les Ukrainiens.

Kiev et l'Union européenne ont condamné ces annonces, accusant le président russe de chercher à déstabiliser le pays en cette période de transition présidentielle.

Certains craignent que des distributions de passeports ne servent par la suite de justification pour des actions militaires de Moscou au motif de la présence de citoyens russes en Ukraine.

En réponse, Volodymyr Zelensky a indiqué que Kiev accorderait "la citoyenneté ukrainienne aux gens de toutes les nations qui souffrent sous des régimes autoritaires et corrompus", notamment en Russie.

Vladimir Poutine a répété lundi qu'il considérait Russes et Ukrainiens comme des "peuples frères". "Je pense même qu'en réalité ils forment un seul et même peuple avec ses spécificités culturelles, linguistiques et historiques", a-t-il poursuivi.

L'Ukraine et la Russie traversent une crise profonde depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou en 2014 et l'éclatement d'un conflit avec des séparatistes soutenus, selon Kiev et les Occidentaux, par la Russie.

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.