Plein écran
© DR

Premiers frissons avec une "Party Girl" qui ne voulait pas vieillir

Angélique a 60 ans. Son maquillage appliqué à la truelle cache mal ses rides et sa nostalgie. Angélique vit la nuit depuis toujours. Elle danse dans un cabaret mais ce n'est plus elle qui attire les clients. Elle sait qu'elle doit se rhabiller, trouver un mari, se ranger. Justement, Michel, un gentil client, la demande en mariage. Angélique accepte. Ses quatre enfants sont soulagés: leur mère "fait des efforts". Mais comment rentrer dans le rang quand on est une "party girl"?

"Party Girl" est notre premier coup de coeur cannois, qui récompense le meilleur premier film présentée sur la Croisette, toutes sections confondues. Aux pieds des marches, le jour de la présentation de leur film, les acteurs confiaient d'une même voix qu'il s'agit bien là "d'un film d'amour". Angélique Litzenburger joue son propre rôle dans le film. Elle a une présence folle. Ce sont ses quatre enfants qui apparaissent à l'écran. Et c'est l'un de ses fils, Samuel Theis, qui a eu l'idée de ce film. Un film d'amour et de famille donc.

"Party Girl" est un film plein de sensibilité et d'interrogations sur la vie à deux, la passion, la résignation. Angélique veut aimer comme une jeune fille de 14 ans. Elle ne semble pas avoir vu le temps passer. "Quand tu aimes quelqu'un, tu veux être tout le temps dans ses bras, tu te sens jeune et belle", dit-elle à son fils qui l'incite à faire des "concessions".

Plein écran
© DR

Ce film présenté en ouverture de la catégorie Un certain regard nous a collé des frissons. C'est plein d'amour et teinté de tristesse. On voudrait offrir à Angélique la machine à remonter dans le temps pour qu'elle revive son temps de "superstar du cabaret". Ce temps où elle séduisait, où elle se sentait belle, gourmande, désirée, vivante.

Samuel Theis pose sur sa mère un regard sans jugement. Il raconte sa vie avec tendresse. Il la raconte romantique et excessive. Une bien belle déclaration d'un fils à une maman pas comme les autres...

Plein écran
© DR
Plein écran
© DR