Plein écran
Une file d'attente devant le bureau de vote de Fort Lauderdale, en Floride.

Premiers votes, premiers couacs

Plein écran
Malgré l'avance de Barack Obama dans les sondages, l'élection pourrait bien être serrée.

Onze jours avant la date officielle de l'élection présidentielle, prévue le 4 novembre prochain, de nombreux Etats ont déjà commencé à voter. Un scrutin anticipatif durant lequel les votes sur ordinateur posent problème, causant de longues files devant certains bureaux de vote, vers lesquels les électeurs affluent en masse.

Une situation qui n'est pas sans rappeler l'élection de 2000, durant laquelle des soupçons de trucage électoral en Floride avaient entaché la victoire de George W. Bush face à Al Gore. D'après un sondage effectué il y a moins d'une semaine par CNN, 42% des personnes interrogées se disent peu confiants que leur vote soit pris en compte de manière exacte.

Depuis mardi, 29 états procèdent au vote par anticipation et déjà, on dénombre plusieurs couacs, dûs à des difficultés informatiques. "Il y a des problèmes à cause des machines à voter", a déclaré un citoyen de Jacksonville en Floride à CNN. "Les lignes reliant le nom du candidat à la case à cocher n'étaient pas bien alignées, ce qui fait qu'on n'était pas sûr de voter pour le bon candidat. Ils ont dit qu'ils allaient faire venir dix nouvelles machines mais depuis ils sont parvenus à rectifier l'erreur".

Certains électeurs patientent des heures avant de pouvoir faire enregistrer leur vote. "C'est un désastre total", raconte un autre électeur du comté de Broward. "Vous vous rendez jusque-là, vous attendez pendant trois heures et tout à coup, la procédure est interrompue. C'est très frustrant". C'est ainsi que lundi, le bureau électoral de Broward a fermé ses portes à 22h30, trois heures après l'horaire de fermeture officiel, rapporte Sean Callebs, reporter pour CNN.

La Caroline du Nord, l'Ohio et le Nevada, trois états déterminants pour l'issue du vote -les fameux "swing state"- connaissent le même scénario. Le problème viendrait du fait que, comme dans plus de la moitié des états américains, la Floride a modifié son système de prise en compte des votes, explique Buddy Johnson, responsable du bureau de vote du Comté de Hillsborough. "Les gens doivent se familiariser avec le nouveau procédé", ajoute-t-il. D'autant que c'est la troisième fois en trois élections que la Floride change de technologie.

A ces problèmes techniques, s'ajoute une autre donnée avec lequel les bureaux de vote devront composer: l'arrivée de neuf millions de nouveaux électeurs sur les listes électorales. Un afflux dû aux campagnes de mobilisation menées par les stafs des partis démocrates et républicains pour faire inscrire un maximum de nouveaux électeurs.

"Le taux de participation va atteindre des records, dans beaucoup d'États, on va utiliser de nouvelles machines pour la première fois. Or, si en plus on ajoute les listes électorales erronées et des problèmes d'identification le jour du vote, donc des files d'attentes et des électeurs incapables de voter, tout cela est propice à d'intenses batailles légales", résume Doug Chapin, expert au Pew Center on the States à Washington, dans Le Figaro.

Un scénario qui pourrait mal tourner dans le cas où, malgré la bonne avance d'Obama dans les sondages, l'élection se révèlerait serrée. Dans ce cas, une armée d'avocats est d'ores et déjà prête à monter au créneau, avertit-on dans les deux camps.

Viktoria Thirionet