Plein écran
Le président américain Donald Trump. © photo_news

Quand Trump ironise sur "le faible QI" de Joe Biden

Le démocrate Joe Biden n'est pas encore officiellement candidat pour la présidentielle de 2020 mais il a déjà droit aux piques de Donald Trump, déterminé à briguer un deuxième mandat.

Profitant d'une nouvelle gaffe de l'ancien vice-président de Barack Obama, le locataire de la Maison Blanche a ironisé lundi sur le quotient intellectuel de celui qui pourrait prochainement rejoindre la quinzaine de démocrates qui espèrent porter les couleurs du parti en novembre 2020.

"Joe Biden s'est emmêlé les pinceaux ce week-end lorsqu'il a été incapable de prononcer correctement une phrase toute simple sur sa décision d'être candidat à la présidentielle", a tweeté M. Trump.

"Il va falloir vous y habituer, encore un individu à faible QI!", a-t-il ajouté.

La langue du démocrate de 76 ans, qui laisse entendre depuis plusieurs semaines qu'il va se lancer dans la course, a fourché samedi soir lors d'un dîner de gala dans le Delaware.

"Je suis le plus progressiste de tous ceux qui sont candidats" à la présidence, a-t-il lancé avant de rectifier: "de tous ceux qui seraient candidats...".

Les deux hommes n'en sont pas, loin s'en faut, à leur première prise de bec.

Durant la campagne de 2016, Joe Biden avait affirmé qu'il aurait bien aimé pouvoir régler son compte à Donald Trump. "J'aimerais bien qu'on soit encore au lycée. Je pourrais aller me battre avec lui derrière le gymnase", avait-il lancé, provoquant une riposte immédiate du milliardaire qui l'avait accusé de "jouer au dur" uniquement quand il était derrière un micro.

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.