Plein écran
© reuters

Quelque 450 gilets jaunes interpellés à Bruxelles, la répression policière dénoncée

VideoUn millier de gilets jaunes ont été recensés samedi à Bruxelles par la police, qui a procédé à environ 450 interpellations, a indiqué la porte-parole Ilse Van de keere. Seuls ceux identifiés comme des casseurs ont été poursuivis judiciairement. Vers 17h00, le calme semblait globalement revenu. Un agent a été désigné pour faire l'état des lieux des dégradations suite aux heurts survenus à la mi-journée.

La circulation se normalise sur la petite ceinture. Les tunnels Rogier, Madou et Botanique ont été rouverts en direction de Koekelberg ainsi que le tunnel Porte de Namur en direction du midi.

Lire la suite ci-dessous

Plein écran
© reuters

Interpellations d'emblée

Plein écran
© ap

De nombreuses interpellations ont eu lieu avant la mobilisation dans les gares, rue de la Loi et au square Ambiorix, où un groupe de manifestants flamands s'étaient donnés rendez-vous. Des gilets jaunes sont arrivés vers 11H00 par le parc du Cinquantenaire et se sont retrouvés confrontés à un premier barrage policier à l'entrée de la petite rue de la Loi, qui les a empêchés de rallier le rond-point Schuman. Après quelques tentatives de négociation infructueuses qui se sont soldées par un renfort des rangs policiers, les participants ont fait le tour par l'arrière de ce centre névralgique des institutions européennes et sont montés par la rue de la Loi jusqu'à la petite ceinture. 

Dans le même temps, quelques affrontements ont eu lieu rue Montoyer. Ce second groupe a essayé sans succès de descendre vers le rond-point Schuman et s'est finalement rassemblé au carrefour Trône sur la petite ceinture. 

Les deux groupes se sont alors rejoints. Ils ont bloqué la circulation sur la petite ceinture entre les carrefours Trône et Arts-Loi. Les deux groupes ont été encadrés distinctement par des policiers à pied et au moins cinq auto-pompes. Des pavés et de la peinture ont été lancés en direction du barrage de la rue Ducale. Les policiers ont alors répliqué avec de l'eau et des gaz. 

Casse
Les personnes désireuses de quitter la manifestation ont été autorisées à le faire contre un fichage de leurs identités. Certains d'entre eux ont fait valoir qu'ils n'étaient pas en accord avec les casseurs. La police a resserré progressivement les rangs. Des manifestants ont reporté des coups durant ces avancées. Les personnes mobilisées ont été arrêtées une à une, mises au sol en rang puis montées dans les différents cars de police.

Une partie du groupe situé vers Arts-Loi a réussi à s'échapper pour rejoindre par la petite ceinture le boulevard Botanique, le haut de la rue Neuve et le boulevard Albert II. De la casse a été reportée. Une partie a été dispersée et une autre arrêtée. 

De nombreux manifestants se sont plaints de la répression policière qui a porté entrave à leur droit de manifester. Le déploiement policier était en effet massif et la police a rapidement coupé court à leur mobilisation. La police de Bruxelles-Ixelles s'est elle félicitée d'une bonne collaboration avec les services de secours, la police fédérale et d'autres zones de police.

Qui sont les personnes arrêtées?
Le bilan global de la police en fin de journée fait état d'un millier de manifestants, de 450 interpellations et de dix arrestations judiciaires. Il s'agit de deux personnes qui faisaient l'objet d'un signalement pour d'autres faits et de huit personnes pour des faits en lien avec la manifestation.

Parmi eux figure un mineur domicilié en dehors de Bruxelles, cinq personnes qui seront auditionnées à une date ultérieure et deux qui seront mises à disposition du parquet de Bruxelles après audition; une pour menace avec arme et rébellion (jets de pierres envers les policiers) et une pour menace avec arme et dégradation de véhicule de police, précise le parquet.

La décision concernant ces deux dernières pourra "probablement" être communiquée dimanche, ajoute encore le parquet.

Plein écran
© belga
Plein écran
© epa
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
  1. Un homme interpellé pour attentat à la pudeur sur une ado à la Foire du Midi

    Un homme interpellé pour attentat à la pudeur sur une ado à la Foire du Midi

    Un homme, suspecté d'attentat à la pudeur sur une fille mineure d'âge à la Foire du Midi à Bruxelles dimanche, a été mis à disposition d'un juge instruction, a déclaré le parquet de Bruxelles mardi, confirmant une information du journal La Capitale. Le suspect n'est pas connu des services de justice, a précisé le parquet de Bruxelles. Selon La Capitale, il s'agit d'un ressortissant bulgare âgé de 39 ans.
  2. “Maman m’a envoyé un sms pour me dire qu’elle m’aimait, 20 minutes plus tard elle était morte”
    Belge tuée à Calpe

    “Maman m’a envoyé un sms pour me dire qu’elle m’aimait, 20 minutes plus tard elle était morte”

    Riet Suy (57 ans), une ressortissante belge, a été retrouvée morte dimanche soir dans sa villa à Calpe, dans la région de Valence, après une dispute avec son compagnon au restaurant. Selon les premières constations effectuées par la police espagnole, c’est lui qui aurait tué sa compagne à l’aide d’un couteau avant de vouloir mettre fin à ses jours. Sam, la fille de la victime, est sous le choc. A lire dans Het Laatste Nieuws.