Plein écran
© belga

Red Lions: ce que l'on sait sur l'affaire des potentiels paris illégaux

L'affaire a fait grand bruit mardi avec l'annonce par un organe de presse d'éventuels paris illégaux effectués dans le milieu du hockey par les Red Lions, sacrés champions du monde en décembre dernier à Bhubaneswar, en Inde. Ce mercredi, lors d'une conférence de presse ayant pour objet la présentation de la nouvelle compétition de Pro League à laquelle les Red Lions et Panthers participeront dès ce mois de janvier, la Fédération belge de hockey (ARBH) a donné quelques informations supplémentaires relatifs à ce dossier extra-sportif.

Par la voix de son porte parole Denis Van Damme, l'ARBH a répété qu'elle n'en était "qu'au stade d'une demande d'information de la part de la commission des jeux de hasard", précisant que la demande de la dite commission portait sur 20 rencontres, disputées entre 2015 et 2018. Une dizaine concerne des rencontres de clubs et les autres ont pour objet des matchs d'Euro Hockey League (Coupe d'Europe des clubs) ou encore des rencontres internationales de World League, un match du dernier Champions Trophy et deux duels de la dernière Coupe du monde de Bhubaneswar. Le nombre, qualité et montant des parieurs suspectés demeurent inconnus pour l'ARBH.

Aucune influence sur les résultats
Si tous les Red Lions sacrés champions du monde en Inde ont juré unanimement s'être abstenus de parier sur le hockey durant la compétition, l'ARBH a cependant révélé qu'un ou plusieurs joueurs, faisant partie du noyau élargi mais non présents en Inde, auraient reconnu avoir parié sur des matchs. Ce qui selon la loi ne leur est pas interdit, puisque n'ayant aucune influence sur les résultats de leurs équipiers à 7.000 km de là. La fédération, qui n'a pas voulu communiquer plus à propos sur ces actes supposés suspects par la commission des jeux de hasard, a ainsi réitéré sa confiance vis-à-vis de son groupe de joueurs et reste dans l'attente de l'avis de la commission.

  1. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.
  2. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.