Plein écran
© getty

Réformer l'espace aérien européen, une solution

L'association professionnelle de compagnies aériennes européennes, Airlines for Europe (A4E), se réunissait ce mercredi à Bruxelles. Selon elle, la réforme de l'espace aérien européen est la meilleure réponse pour réduire l'impact de l'aviation sur l'environnement. La réunion a été quelque peu perturbée par un activiste pour le climat, qui a grimpé sur le podium en suggérant une solution plus simple: "moins d'avions".

Aviation et climat semblent s'opposer depuis toujours. Le secteur se trouve dans la ligne de mire des activistes du climat et les politiques commencent à lui mettre la pression. Par exemple, la Belgique veut plaider pour une taxe européenne sur les voyages en avion tandis que le parlement des Pays-Bas veut mettre fin aux vols courts, comme entre Amsterdam et Bruxelles.

Organisation à revoir
Le secteur a renvoyé la balle aux politiciens européens. L'espace aérien en Europe doit être organisé de manière plus efficace, selon lui. Que chaque pays ait son contrôleur aérien ne fonctionne pas alors que les contrôleurs sont confrontés à des problèmes de capacité. Le projet de modernisation des systèmes de gestion du trafic aérien de la Commission européenne (SESAR) est salué mais avance trop lentement au goût du secteur.

British Airways/Iberia
"Le CO2 résultant de l'inefficacité est un scandale", a dénoncé Willie Walsh, dirigeant d'IAG, la maison-mère de British Airways et Iberia. Il a souligné qu'un espace aérien unifié n'impliquerait pas d'investissements excessifs. "Les appareils avec lesquels nous volons ont été complètement renouvelés en 40 ans mais les routes restent toujours les mêmes", a-t-il déploré.

Lufthansa
Carsten Spohr, à la tête du groupe Lufthansa, estime pour sa part que le débat climatique pourrait devenir le meilleur allié des compagnies aériennes. "Les politiciens arriveront-ils à justifier que nous devons voler 5 à 10% de plus par inefficacité?"

Retards plus élevés
Un été semblable à celui de 2018, qui a connu le plus de retards en Europe en dix ans, pourrait provoquer le changement. Le nombre de retards était deux fois plus élevé en 2018 qu'en 2017, notamment à cause de problèmes de capacité et de grèves. Selon A4E, cela a coûté 17,6 milliards d'euros et a touché 334 millions de passagers.

Ryanair
Michael O'Leary, dirigeant de la compagnie à bas coût Ryanair, souhaite lui que l'Europe ouvre le contrôle du trafic aérien, comme cela s'est déjà produit avec d'autres secteurs. "Seuls les contrôleurs aériens les plus efficaces resteront."

EasyJet
Selon Johan Lundgren d'EasyJet, la Commission européenne doit ériger cette réforme en priorité. "Nous payons ensemble 10 milliards d'euros à Eurocontrol mais ne bénéficions pas du service."

  1. Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Sean McKenzie, un Canadien de 27 ans, a été condamné mardi à la prison à vie pour le viol et l'assassinat d’Amélie Sakkalis, une touriste belge de 28 ans, sauvagement tuée à l'été 2018 en Colombie britannique, rapporte le Vancouver Sun. L'homme, qui a reconnu les faits, est libérable à partir de 2042 mais restera vraisemblablement plus longtemps derrière les barreaux, celui-ci n'ayant jamais expliqué son geste.