Plein écran

Roger Federer entre dans l'histoire

Plein écran
Plein écran
Plein écran

Le Suisse Roger Federer a remporté Roland-Garros pour la première fois en battant dimanche le Suédois Robin Soderling en trois sets 6-1, 7-6 (7/1), 6-4, et a égalé le record de victoires en Grand Chelem détenu par Pete Sampras avec 14 trophées.

Federer s'est imposé dans le dernier tournoi majeur qui manquait à son palmarès à sa onzième tentative, après avoir perdu les trois dernières finales contre Rafael Nadal. Il est le sixième joueur à remporter les quatre épreuves du Grand Chelem, l'Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open, et le troisième seulement dans le tennis moderne (ère Open, 1968) après l'Australien Rod Laver et l'Américain Andre Agassi.

Lors de la finale, disputée en grande partie sous la pluie, Federer, pratiquant un tennis superbe, n'a laissé aucune chance à Soderling, l'homme qui avait éliminé Nadal, quadruple tenant du titre, en huitièmes. Efficace au service, commettant un minimum de fautes directes, il a pris à la gorge le Suédois, tétanisé par l'importance de l'événement, comme pratiquement tous les invités-surprise à ce niveau de la compétition.

Pour sa première finale de Grand Chelem, Soderling, 25e mondial, n'a pas reproduit le tennis qui lui avait permis de battre, outre Nadal, d'autres grands spécialistes de la terre battue, comme l'Espagnol David Ferrer, le Russe Nikolay Davydenko et le Chilien Fernando Gonzalez en demi-finale. Au bout de 13 minutes, le Suisse menait déjà 4 à 0 avec deux breaks d'avance. Le Suédois s'est ressaisi à partir de la manche suivante, mais sans jamais contester la supériorité d'un Federer évoluant à un très haut niveau.

Le Suisse est resté d'un calme parfait grâce à son incomparable expérience des finales de Grand Chelem. Il jouait la 19e de sa carrière, record du Tchèque Ivan Lendl égalé. Même l'irruption sur le court, au deuxième set, d'un énergumène qui a tenté de lui couvrir la tête avec un tissu ne lui a pas fait perdre son sang-froid.

Cette victoire est l'aboutissement ultime pour Federer, qui semblait ne jamais devoir s'imposer sur la terre battue parisienne, et une éclatante revanche au moment où son déclin était annoncé. Pour la première fois depuis 2003, il ne portait pas la tête de série N.1, ayant cédé sa place à la tête de la hiérarchie mondiale à Nadal l'année dernière.

Battu en finale de l'Open d'Australie par le Majorquin, il avait multiplié les contre-performances durant les mois suivants. Mais il avait relevé la tête lors du dernier tournoi de préparation à Roland-Garros, à Madrid, en battant Nadal en finale, pour la deuxième fois de sa carrière seulement sur terre battue. C'est évidemment l'échec prématuré du Majorquin contre Soderling qui lui a ouvert un boulevard vers le titre.

Pourtant la suite n'a pas été de tout repos. Le Suisse a été mené 2 sets à 0 par l'Allemand Tommy Haas en huitième de finale, ce qui ne lui était jamais arrivé dans un tournoi du Grand Chelem. Il a encore dû livrer une dure bataille en demi-finale contre le jeune Argentin Juan Martin Del Potro, qui menait lui aussi, 2 sets à 1. Jamais il n'avait dû disputer deux matches en cinq matches pour gagner un tournoi majeur.

Federer occupe désormais une place à part dans l'histoire du tennis. Codétenteur du record des Grands Chelems tout en ayant inscrit les quatre titres majeurs à son palmarès, il est le principal prétendant au titre de plus grand joueur de tous les temps. (afp/vs)

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.
  2. Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”
    Play

    Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”

    Un caddie rempli de sodas pour quelques euros? Le stock annuel de produits d’entretien en échange de quelques pièces? Colruyt est la première chaîne de grands magasins à mettre un terme à l’extreme couponing, un phénomène qui consiste à accumuler des promotions grâce à une pile de bons de réduction. Des règles plus strictes seront appliquées dans tous les magasins du groupe Colruyt à partir du 2 mars. “Il ne sera plus possible de faire passer 7.000 coupons à la caisse.”