belga
Plein écran
© belga

Ronald Janssen, portrait d'un tueur de la nuit

Hyper-médiatisé en Flandre (la salle d'audience était pleine à craquer mardi), le procès de Ronald Janssen n'est autre que celui du dernier tueur en série du pays, celui d'un psychopathe à la double personnalité. Les débats tiendront en haleine tout le Nord du pays, qui se fascine pour l'affaire. Plus de 250 journalistes ont fait une demande d'accréditation. Ce vendredi, place à la lecture de l'acte d'accusation par l'avocat général Patrick Boyen et à l'interrogatoire de Ronald Janssen.

  1. Fallait-il accepter les "caprices" de Ronald Janssen?

    Fal­lait-il accepter les "caprices" de Ronald Janssen?

    Lors de l'ouverture de son procès mardi dernier à la cour d'assises de Tongres, Ronald Janssen a sans doute "dicté sa loi" pour la dernière fois. Après avoir refusé qu'on le prenne en photos ou qu'on le filme, le tueur en série a demandé et obtenu l'arrêt des dessins de presse. Les "caprices" de l' "instituteur modèle" en ont horripilé plus d'un dans la salle. Les critiques ont fusé. Mais qui a accédé à cette demande et pourquoi? Het Laatste Nieuws s'est penché sur la question.