Scènes de panique à Disneyland: "Tout le monde croyait à un attentat"

VideoUn mouvement de foule s'est produit samedi soir dans le parc d'attractions Disneyland Paris après un bruit provoqué par un problème d'escalator ou d'ascenseur qui a fait craindre des détonations. De nombreux visiteurs sont resté confinés dans les restaurants le temps de lever les doutes.

"Fausse alerte, les forces de sécurité confirment qu'il n'y a pas de menaces", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un tweet en anglais, démentant les rumeurs rapidement relayées sur Twitter. "Suite à un bruit probablement dû à un ascenseur ou un escalator, il y a eu un mouvement de foule", a expliqué une source proche de l'enquête. Conformément à son protocole de sécurité, le parc situé en Seine-et-Marne a confiné ses visiteurs le temps de lever les doutes, a précisé cette source.

La préfecture de Seine-et-Marne a elle indiqué que le mouvement de foule avait fait quelques blessés légers. "Opération de sécurité de police terminée. Quelques blessés légers liés au mouvement de foule", a-t-elle tweeté.

Un visiteur du parc a indiqué avoir été "confiné" dans le restaurant Planet Hollywood où il dînait. "On était en train de manger tranquillement" et "des personnes sont rentrées dans le restaurant en courant" vers 22 heures, a affirmé Jonathan Vincent, qui a finalement pu quitter les lieux peu avant 23 heures.

Venue à Disney avec sa sœur et ses deux enfants de 10 et 16 ans, Alexia a, elle, décrit un "énorme mouvement de panique". "On faisait les magasins à l'entrée du village Disney quand tout à coup une vingtaine de personnes sont arrivées en hurlant", raconte cette Parisienne de 38 ans. 

"Tout le monde croyait à un attentat. Mon fils m'a dit de mettre mon portable en silencieux. Ma fille voyait les gens pleurer, elle s'est mise à pleurer aussi. Au bout de quelques minutes, on nous a fait sortir par l'arrière. C'était plein de policiers partout", poursuit-elle. "Personne ne nous a expliqué ce qui se passait. Les employés ne savaient pas non plus, ils étaient angoissés pour leurs collègues. On ne savait pas ce qui s'était passé", conclut-elle.

Disneyland Paris, première destination touristique privée d'Europe, compte deux parcs à thèmes, sept hôtels d'une capacité de 5 800 chambres, deux centres de convention offrant un service complet et un golf. Il a accueilli plus de 320 millions de visiteurs depuis son ouverture en 1992.

  1. Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Auteur de l’un des pires débuts de saisons de son histoire (5 sur 21), Anderlecht se déplace au Club de Bruges dans un contexte qui n’incite pas à l’optimisme. Alors que Vincent Kompany cherche toujours la bonne formule, il pourrait bien repêcher Trebel, snobé systématiquement jusqu’ici. Invaincus depuis le début de saison, les Blauw en Zwart auront la possibilité de reléguer les Mauves… à quinze points en cas de victoire, un gouffre après huit matchs. Si pour de nombreux observateurs, le Club de Bruges est devenu la nouvelle référence du football belge, le Sporting a la ferme intention de venir jouer les trouble-fête. En a-t-il réellement les moyens? Voici l’avis de nos rédacteurs.
  2. Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trentenaire américain atteint du syndrome de Down est décédé en mai dans une camionnette en pleine chaleur, à Seminole, en Floride, alors que la personne qui devait s’occuper de lui s’était endormie sur le siège passager après avoir ingéré de la drogue, ont relaté samedi les médias outre-Atlantique. Arrêté vendredi pour homicide involontaire aggravé, l’employé a été relâché le lendemain après avoir versé une caution de 50.000 dollars (soit 45.000 euros environ), mais il comparaîtra devant la justice ultérieurement.

Football en live

home logo FC BrugesCLU
18:00
AnderlechtAND
away logo
home logo Standard LiègeSTA
6'
1-0
KAS EupenEUP
away logo