Plein écran
© epa

Session de clôture du Tribunal Russell sur la Palestine

Le "Tribunal Russell sur la Palestine", qui était parrainé par Stéphane Hessel, a réclamé dimanche que la Cour pénale internationale (CPI) enquête sur les "crimes" d'Israël dans les territoires palestiniens, lors d'une séance à Bruxelles concluant quatre années de travaux.

Plein écran
© epa

Ce "tribunal d'opinion", fondé en 2009 sur le modèle du célèbre Tribunal Russell sur le Vietnam, entend depuis lors attirer l'attention de l'opinion internationale sur le sort des Palestiniens vivant dans les territoires occupés par Israël, qui les soumet, selon son "jury", à un régime comparable à celui de l'apartheid autrefois en vigueur en Afrique du Sud.

Au cours de sessions organisées à Barcelone, Londres, Le Cap et New York, ainsi que lors de la rencontre finale de Bruxelles samedi et dimanche, les participants ont également critiqué les "complices" de la politique israélienne, dénonçant en premier lieu les Etats-Unis, principal soutien d'Israël, mais aussi les Nations unies et l'Union européenne.

Le Tribunal, qui était parrainé par le diplomate et ancien résistant français Stéphane Hessel, décédé à 95 ans le 27 février, a, au cours de ses quatre années d'existence, entendu plus de 150 experts et témoins, ont rappelé ses promoteurs lors d'une conférence de presse. A l'issue de leurs travaux ayant rassemblé plusieurs centaines de personnes à Bruxelles, les membres du "jury", dont la militante des droits de l'Homme Angela Davis ou l'ex-leader de Pink Floyd Roger Waters, ont adopté 26 recommandations pour de futures actions.

Outre une mobilisation de l'opinion publique pour "qu'Israël cesse ses violations du droit international", ils réclament une saisine de la CPI. L'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU, suite à une décision de l'Assemblée générale du 29 novembre, donne le droit aux Palestiniens de le faire, ce dont ils se sont jusqu'ici abstenu.

"Le Tribunal soutient les appels de la société civile palestinienne pour que la Palestine franchisse ce pas immédiatement et pour que la CPI entame immédiatement une enquête sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre soumis au Tribunal", peut-on lire dans les conclusions adoptées dimanche. Le Tribunal Russell recommande également la remise sur pied du Comité spécial de l'ONU sur l'apartheid, cette fois pour examiner la situation des Palestiniens.

Le Tribunal demande en outre la suspension de l'accord d'association UE-Israël et la fin des importations des produits provenant des colonies israéliennes dans les territoires occupés. "Ils peuvent écrire ce qu'ils veulent. Ils ne représentent qu'eux-mêmes. Ce n'est qu'un organisme privé sans poids politique ni légal, et qui n'a d'autorité morale que parmi ses membres", a réagi le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor.

"Il s'agit d'un document idéologique de propagande que des gens ont écrit pour leurs amis qui pensent la même chose", a déclaré M. Palmor. L'ensemble des conclusions et des recommandations du Tribunal sont disponibles sur le site www.russelltribunalonpalestine.com. Depuis la Guerre des six jours de juin 1967, 250 colonies ont été créées, occupées par quelque 520.000 colons israéliens.

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaité. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.
  3. Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Vers 21h ce mardi, 800.846 messages avaient déjà été envoyés et ça n’en finit pas de grimper. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.