Plein écran
© photo_news

Standard-Anderlecht arrêté: l'amende de 50.000 euros pour le RSCA confirmée

Le RSC Anderlecht va devoir s'acquitter d'une amende de 50.000 euros envers la Pro League pour le match arrêté au Standard le 12 avril dernier en raison du comportement de ses supporters. Cela a été décidé lundi lors du conseil d'administration de l'association des clubs professionnels, qui investira l'argent dans des projets sociaux. L'Antwerp a lui reçu une amende avec sursis de 25.000 euros.

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news

Ces amendes sont la conséquence des procédures internes engagées à l'encontre du RSCA et du 'Great Old'. Marc Coucke, président anderlechtois, a informé qu'il paierait la somme alors que l'Antwerp bénéficie d'un sursis jusqu'au 7 juin.

Le Clasico du 12 avril à Sclessin a été arrêté définitivement après 31 minutes en raison de jets de fumigènes et de pétards, à trois reprises, depuis la tribune des supporters d'Anderlecht. Malgré deux avertissements, via le speaker du stade et après une interruption partielle de la rencontre, le calme n'est pas revenu. Ce qui a poussé l'arbitre Lambrechts, conformément au protocole de sécurité, à arrêter définitivement la rencontre après une demi-heure sur le score de 2-0.

Outre cette amende de la Pro League, le RSCA s'est vu infliger, fin avril, par la Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football (URBSFA) une défaite par forfait, un match à domicile à huis clos, une amende de 5.000 euros et une sanction alternative. Anderlecht n'a d'ailleurs pas accepté le match à huis clos.

L'Antwerp a lui été condamné pour le comportement de ses supporters lors de la rencontre du 26 avril contre le Standard au Bosuil. L'arbitre, M. Verboomen, a dû temporairement arrêter la partie à la 75e minute à la suite de nombreux jets de gobelets de bière, notamment en direction de l'entraîneur du Standard Michel Preud'homme. Le match avait pu reprendre après dix minutes.

Plein écran
© photo_news