Plein écran
© reuters

Tensions autour de l'aéroport de Simferopol en Crimée

L'aéroport ukrainien de Simferopol, en Crimée, reste ouvert, alors que des hommes armés, en uniforme, patrouillent à l'extérieur, dans une région en proie à des tensions séparatistes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters

Une cinquantaine d'hommes armés ont pénétré dans la nuit dans l'aéroport, selon l'agence Interfax-Ukraine, quelques heures après qu'un commando pro-russe a pris possession du parlement local de Simferopol, qui avait voté peu après à huis-clos la tenue en mai d'un référendum pour plus d'autonomie dans cette région du sud de l'Ukraine. "L'aéroport fonctionne normalement", a déclaré un responsable administratif.

Une dizaine de soldats en uniforme et portant des écussons noirs patrouillent le long de l'entrée de l'aéroport. Ils ne répondent pas quand on leur demande leur nationalité. Il y a aussi une dizaine de civils pro-russes de tous âges, qui expliquent être là pour maintenir l'ordre.

"Nous sommes tous des volontaires, présents pour ne pas permettre l'atterrissage de fascistes ou de radicaux venant de l'ouest de l'Ukraine", a déclaré leur porte-parole improvisé, qui se présente comme un ancien officier de police. A ses côtés, Vadim, un jeune ingénieur assure ne pas être un "extrémiste". "Mais si les bandits nationalistes viennent, nous allons nous battre avec eux. Nous trouverons des armes si on en a besoin", assure-t-il.

Peuplée majoritairement de russophones, la Crimée est la région d'Ukraine la plus susceptible de s'opposer aux nouvelles autorités en place à Kiev, après la destitution du président Viktor Ianoukovitch, à l'issue d'un mouvement de contestation de trois mois, réprimé dans le sang.

Les premiers vols prévus de la journée, à destination de Moscou et de Kiev, sont maintenus et les passagers, qui n'ont pas particulièrement l'air inquiets, enregistrent et passent les contrôles de sécurité. Une famille en partance pour Moscou a jugé "normale" la présence des soldats et des militants.

  1. “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    La photo des corps inertes d’Oscar Alberto Martinez Ramirez, un migrant salvadorien de 26 ans, et de sa petite fille Valeria, 23 mois, gisant le long des rives du Rio Grande, bouleverse le monde entier. Emportés par le courant, ce père de famille et sa fillette se sont noyés en voulant traverser le fleuve qui sépare les Etats-Unis du Mexique. Ils aspiraient à une vie meilleure et voulaient vivre le rêve américain. “Ils sont morts dans les bras l’un de l’autre”, témoigne la maman d’Oscar, anéantie.