Plein écran
© photo_news

Trebel manquera les deux premiers matches des play-offs

La Commission des litiges de l'Union belge a tranché. Adrien Trebel sera finalement suspendu pour deux rencontres après son exclusion face à l'Antwerp lors du dernier match de la phase classique. Le Français manquera la réception de Gand et le déplacement à Charleroi.

La commission des litiges de l'Union belge de football (URBSFA) a infligé mardi deux matches du suspension et 800 euros d'amende au milieu de terrain d'Anderlecht Adrien Trebel, a annoncé la fédération via son compte Twitter. Lundi, le parquet de l'Union belge avait proposé une suspension de trois journées et une amende de 800 euros, proposition qui avait été refusée par Anderlecht.

Adrien Trebel a donc quitté le stage de teambuilding que les Mauves effectuent à Jupille-sur-Ourthe pour venir plaider sa cause mardi après-midi devant la commission des litiges.

Le médian français manquera les deux premiers matches d'Anderlecht en play-offs I, à domicile face à La Gantoise le 1er avril et à Charleroi le 6 avril. Trebel pourra par contre être aligné lors du 'topper' face au FC Bruges le 15 avril. Anderlecht peut encore aller en appel de cette décision.

Trebel est sanctionné pour son tacle jambe tendue sur le tibia de Stallone Limbombe dimanche lors du match face à l'Antwerp (2-1), comptant pour la 30e et dernière journée de la phase classique du championnat.

  1. Muhammed Aytekin, l'homme qui a renversé la petite Merel, a été libéré
    Mise à jour

    Muhammed Aytekin, l'homme qui a renversé la petite Merel, a été libéré

    Muhammed Aytekin (23 ans), l’homme qui a renversé Merel De Prins, 12 ans, à Vilvorde en octobre 2015, a été liberté sous conditions à la suite d’une décision du tribunal d’application des peines de Bruxelles. La juridiction a imposé 11 conditions à sa remise en liberté. Il doit avoir un travail stable, recevoir un accompagnement psychosocial approprié, indemniser ses victimes et rester à l’écart de celles-ci.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.