Trump provoque-t-il des émeutes en Suède?

VideoDonald Trump avait évoqué un attentat inexistant en Suède lors d'un meeting en Floride samedi dernier. Deux jours plus tard, des émeutes, réelles cette fois, éclatent à Stockholm. Faut-il y voir un lien?

Plein écran
© ap
Plein écran
© afp
Plein écran
© epa
Plein écran
© ap
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© epa
Plein écran
© photo_news

"Regardez ce qui s'est passé la nuit dernière en Suède. La Suède, qui pourrait le croire? Ils ont accueilli (des migrants) en grand nombre, ils ont des problèmes qu'ils ne pensaient pas possibles", dénonçait Donald Trump ce 18 février lors d'un discours en Floride, en comparant Stockholm à Bruxelles, Nice et Paris. Sauf qu'aucun incident n'était à déplorer sur le territoire scandinave. Au moment des déclarations, du moins.

La banlieue s'embrase
En effet, deux jours plus tard, comme par enchantement, des émeutes éclatent à Rinkeby, dans la banlieue nord de la capitale, un quartier sensible où près de 90% de la population (15.000 habitants) est issue de l'immigration. L'aubaine pour l'administration Trump et la presse partisane dont Breitbart News qui couvre largement les faits dans la foulée: "Émeutes en Suède, pillages, voitures brûlées, la police donne l'assaut dans un quartier d'immigrés". Washington se frotte les mains. 

La Suède sous les projecteurs US
Généralement inexistante dans les colonnes de la presse américaine, la Suède se retrouve tout à coup au centre de l'attention médiatique. Pour preuve, même le prestigieux Washington Post évoque les incidents, sans tirer de conclusions hâtives toutefois. Le New York Times également et précise que les affrontements sont liés à l'arrestation d'un dealer du quartier. 

Rinkeby, la poudrière?
Ce n'est guère la première fois que le quartier de Rinkeby est le théâtre d'émeutes. Ainsi, en 2010 et 2013, des incidents similaires avaient déjà eu lieu. Bref, ça arrive mais "pas si souvent", selon les mots du porte-parole de la police suédoise Lars Bystrom. Cette fois-ci malheureusement, les faits souffrent de leur synchronisation avec les propos de Donald Trump et semblent corroborer, partiellement, les accusations du président. 

Un problème commun
En effet, les images instillent le doute dans les esprits, à savoir que l'immigration massive nuit à la sécurité de la Suède. La Suède, pays à l'image généralement irréprochable, réussit aussi "l'exploit" de voir une émeute de quartier étalée dans les journaux américains. Or, "ce genre d'incidents existe partout à travers le monde, même aux Etats-Unis", insiste Patrick Derk, préfet de Rinkeby.

Raccourci dangereux
Établir un lien de cause à effet entre l'immigration et les violences est toujours un raccourci dangereux. Le problème des périphéries urbaines s'avère bien plus complexe. Et si Donald Trump ne possède sans doute pas le pouvoir d'embraser les banlieues suédoises, il semble apprécier souffler sur les braises. Un peu partout, d'ailleurs...

Plein écran
© photo_news