Plein écran
Donald Trump au meeting annuel de la NRA le 26 avril. © reuters

Trump rejette un traité de l'ONU sur le commerce des armes

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi qu'il retirait la signature américaine du Traité sur le commerce des armes (ATT), texte adopté en 2013 par l'ONU et visant à moraliser le commerce international des armes.

"L'Amérique rejette ce traité", a lancé M. Trump lors d'un discours à Indianapolis (Indiana) devant la National Rifle Association (NRA), puissant lobby des armes à feu.

Défiance
"Nous ne ratifierons jamais ce traité", a-t-il martelé, affichant une nouvelle fois sa défiance vis-à-vis des traités internationaux et de l'organisation multilatérale dont le siège est à New York. "J'annonce officiellement aujourd'hui que les Etats-Unis vont révoquer les effets de la signature de l'Amérique de ce traité", a-t-il déclaré. "Nous ne laisserons jamais des bureaucrates étrangers piétiner les libertés garanties par le deuxième amendement (de la Constitution)", a-t-il ajouté.

Le texte avait été signé par le chef de diplomatie américaine John Kerry sous la présidence de Barack Obama mais n'a jamais été ratifié par le Congrès. Il prévoit en particulier que chaque pays signataire évalue avant toute transaction si les armes vendues risquent d'être utilisées pour contourner un embargo international, violer les droits humains ou être détournées au profit de criminels.

Les armements couverts vont du pistolet aux avions et navires de guerre, en passant par les missiles. Le texte porte sur tous les transferts internationaux (importation, exportation, transit, courtage).

Tensions croissantes
Ce traité "est le seul instrument à l'échelle mondiale visant à améliorer la transparence et la responsabilité dans le commerce international d'armes", a dit le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, commentant la décision américaine. "Cela est particulièrement important actuellement, au moment où nous sommes témoins de tensions internationales croissantes et d'un intérêt renouvelé pour l'expansion et la modernisation des arsenaux", a-t-il ajouté.

  1. Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.